Vidéo : l’émotion d’un vétéran de la bataille de Dunkerque après avoir vu le film de Nolan

Les larmes aux yeux, il a évoqué ses souvenirs de soldat.

"J’avais 20 ans quand cela est arrivé, mais en regardant le film, je pouvais revoir mes anciens amis. Beaucoup d’entre eux sont morts pendant la guerre."

Publicité

Ces paroles sont de Ken Sturdy, un vétéran canadien de la Seconde Guerre mondiale âgé de 97 ans. Lors d’une avant-première à Calgary de Dunkerque – le dernier film de Christopher Nolan qui raconte comment près de 340 000 soldats alliés (dont 123 095 Français) ont été évacués alors que la menace des nazis grondait – il a fait part de son émotion.

À l’époque, Ken Sturdy était un jeune soldat participant à l’opération Dynamo – aka la bataille de Dunkerque, qui s’est déroulée du 26 mai au 4 juin 1940. Son rôle ? Être en charge de la signalisation de la marine britannique, afin de guider au mieux les soldats alliés quittant les plages de la cité française pour les bateaux.

À lire -> Dunkerque : pourquoi le dernier Nolan est l’aboutissement de tous ses films

Publicité

Le vétéran a aussi évoqué, avec tristesse, la cruauté humaine, qui ne s’est aucunement arrêtée en 1940 :

"J’ai eu le privilège de voir ce film ce soir et je suis attristé à cause de ce qu’il s’est passé sur cette plage. Il n’y avait pas beaucoup de dialogues. Il n’y avait pas besoin de beaucoup de dialogues parce qu’il racontait l’histoire visuellement et il était si réel. […] Jamais je n’aurais pensé revoir cela. C’était comme si j’étais là-bas à nouveau.

Ce soir, j’ai pleuré parce que ce n’est pas la fin. L’espèce humaine est si intelligente et capable de réaliser des choses stupéfiantes. Nous pouvons voler jusqu’à la Lune et quand même faire des choses stupides. Alors quand j’ai vu le film ce soir, je l’ai vu avec une certaine tristesse. Parce que ce qui est arrivé en 1940, ce n’est pas la fin."

Près de 38 000 soldats britanniques sont morts au cours cette bataille, tandis que 35 000 soldats français étaient capturés ou tués par les Allemands.

Publicité

Par Louis Lepron, publié le 25/07/2017

Pour vous :