Emma Watson is Ila in NOAH, from Paramount Pictures and Regency Enterprises.
N-13778

L'hommage d'Emma Watson à Savita Halappanavar, symbole de la lutte pour le droit à l'avortement

"Les lois restrictives sur l'avortement punissent et mettent en danger les filles, les femmes et les femmes enceintes."

Il y a maintenant six ans que l'indienne Savita Halappanavar est décédée. Le dimanche 21 octobre 2012, la jeune femme de 31 ans s'était présentée dans un hôpital irlandais se plaignant de fortes douleurs. Informée qu'elle était en train de faire une fausse couche, elle aurait demandé aux médecins d'interrompre sa grossesse.

Publicité

Mais dans ce pays catholique, l'avortement était à l'époque très encadré : les professionnels de santé n'avaient pas le droit de pratiquer d'IVG alors proscrite par le 8e amendement de la Constitution irlandaise. Savita Halappanavar n'a ainsi été prise en charge que le mercredi suivant, une fois le cœur du fœtus arrêté. Mais elle décède dans l’hôpital le 28 octobre, des suites d'une septicémie.

Après cette tragédie, l'Irlande a autorisé en 2013 l’accès à l’avortement pour les Irlandaises, seulement dans les cas où la vie de la mère était en danger. L’avortement pour d'autres raisons pouvait alors être puni d’une peine de 14 ans de prison ferme, y compris en cas de viol, d’inceste ou de malformation fœtale.

Le 18 septembre 2018, après un référendum constitutionnel au printemps, la légalisation de l’avortement a finalement été promulguée par le président irlandais, Michael Higgins. L’IVG est désormais autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse et jusqu’à 24 en cas de conditions exceptionnelles, notamment si la vie de la mère est en danger.

Publicité

À la demande de Net à Porter, Emma Watson s'est emparé de l'actualité pour célébrer sa joie devant cette avancée historique. Ce week-end, elle a en effet adressé une lettre à la mémoire de Savita Halappanavar. 

"Vous ne vouliez pas devenir la tête d'un mouvement, vous vouliez une procédure qui vous permette de rester en vie." Voilà comment l'actrice très engagée, a débuté sa lettre poignante. Après avoir souligné la mobilisation mondiale et les nombreux hommages envers la victime, Emma Watson a comparé cette évolution historique à "l'éveil d'une nation". 

Elle a ensuite expliqué que cette victoire était un premier combat gagné mais que d'autres femmes étaient en danger  : 

Publicité

"De l’Argentine à la Pologne, les lois restrictives concernant l’avortement punissent et mettent en danger les filles, les femmes et les femmes enceintes. Et l’Irlande du Nord maintient toujours sa position. En votre mémoire, et pour notre libération, nous continuons de nous battre pour la justice reproductive."

On peut toujours lire sur le mémorial de la dentiste, à Dublin : "Parce que tu t’es endormie, beaucoup d’entre nous se sont réveillés." 

Par Lucille Bion, publié le 01/10/2018

Pour vous :