AccueilCinéma

Quand Emma Stone balance sur les réalisateurs qui lui piquent ses vannes

Publié le

par Kate Lismore

L'actrice a admis ne pas avoir apprécié l'attitude de certains metteurs en scène.

En pleine promotion de l’étincelant La La Land, dont elle partage l’affiche avec Ryan Gosling, Emma Stone a donné une interview fleuve au magazine Rolling Stone dans laquelle elle se confie sur beaucoup de choses, de sa jeunesse en Arizona aux difficultés d’être une femme dans l’industrie patriarcale d’Hollywood. L'actrice a en effet raconté au cours de cet entretien une anecdote révélatrice sur le manque de considération dont ont parfois fait preuve certains réalisateurs à son égard.

Si sa carrière a décollé grâce à de grands films dramatiques comme La Couleur des sentiments et Birdman, Emma Stone avait déjà conquis tout un public avec des teen movies comme SuperGrave, Easy Girl ou Bienvenue à Zombieland. Depuis, son talent comique est largement reconnu. Cependant, l’actrice explique que certains réalisateurs ont eu tendance à lui piquer des blagues et improvisations qu'elle avait imaginées, pour mieux mettre ses partenaires masculins en valeur :

"J’hésite à en faire un problème lié au fait d'être une femme, mais il y a eu des fois où j’ai improvisé, ils ont ri à ma blague, et ils l’ont refilée à mon partenaire masculin. Ils me piquaient tout simplement ma vanne."

Encore plus déprimant, on apprend que l'actrice s'est entendu dire, alors qu'elle tentait d'apporter sa contribution à une scène, de garder son avis pour elle :

"Il y a aussi eu des fois où, pendant la production d’un film, on m’a dit que je freinais les choses en faisant part de mon opinion ou de mes idées."

Emma Stone avait apparemment encore bien des choses à dire mais le journaliste précise qu'elle a tenu le faire en "off". Dommage.

La La Land arrivera sur les écrans français le 25 janvier prochain. Emma Stone sera ensuite à l'affiche du film sur la légende américaine du tennis Billie Jean King dans La Bataille des sexes.

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :