© Wildlife

Égalité aux Oscars : Carey Mulligan veut que le jury passe un test pour voter

L'actrice a une proposition à faire à l'Académie des Oscars, sous-entendant que certains n'honorent pas leurs fonctions.

À l’approche de la cérémonie des Oscars, qui se déroulera le 9 février à Los Angeles, Carey Mulligan a exprimé sa déception devant le manque de réalisatrices nommées, dans les colonnes de Variety. En cause ? Aucune femme n’a été citée dans la catégorie Meilleur réalisateur·trice. 

Si Greta Gerwig et son casting sont (très justement) représentés dans d’autres catégories, comme Meilleur film, Meilleure actrice pour Saoirse Ronan ou Meilleure actrice dans un second rôle pour l’excellente Florence Pugh, Queens de Lorene Scafaria ou L’Adieu de Lulu Wang brillent par leur absence. En omettant Jennifer Lopez ou Awkwafina, l’Académie a une nouvelle fois loupé le coche côté parité et diversité.

Publicité

Pour remédier à ce problème, Carey Mulligan a eu une idée. Elle souhaiterait que les membres de l’Académie prouvent qu’ils aient vu les films, sous-entendant que certains votants n’honorent pas leurs fonctions :

"Je ne pense pas que vous pouvez voir ces films et ne pas penser qu’ils méritent une distinction. Je pense qu’ils ont besoin d’être regardés. Je me demande si le système marche vraiment, en offrant 100 screeners. Peut-être que tu ne devrais pas être autorisé à voter si tu ne peux pas prouver que tu les as tous vus. Ça devrait être un test. Les films qui n’ont pas été retenus sont indiscutablement brillants."

L’actrice révélée dans Shame et Gatsby précise qu’elle fait référence aux films Les Filles du docteur March, Queens et L’Adieu avant de poursuivre :

Publicité

 "J’ai l’impression que le fait qu’ils existent est un progrès. Mais il faut avancer par petites étapes."

Selon l’actrice Emerald Fennell, qui a elle aussi été interrogée par Variety, "les membres de l’Académie sont incroyablement occupés" et se tournent de fait, vers des films dont les sujets les intéressent davantage, avec lesquels ils sont familiers. Il est donc logique de voir se bousculer un Quentin Tarantino, un Sam Mendes ou un Todd Phillips plutôt qu’une Lulu Wang ou une Lorene Scafaria qui viennent tout juste de faire parler d’elle. 

Pourtant, pour la première fois, l’Académie des Oscars a offert une place considérable et équitable aux femmes puisqu’elles représentent 50 % des votants. Historique, cette répartition a été possible grâce à l’arrivée de Lady Gaga et Claire Foy mais aussi des Françaises telles que Camille Cottin, l’actrice Mélanie Laurent, Josiane Balasko, Agnès Jaoui ou encore Maïwenn. 

Publicité

Par Lucille Bion, publié le 27/01/2020