Doug Liman annonce que la suite d'Edge of Tomorrow sera... un prequel

Doug Liman va de nouveau se pencher sur Edge of Tomorrow. Le film de science-fiction va avoir droit à un prequel, toujours avec Tom Cruise et Emily Blunt.
2

© Warner Bros. Entertainment

Publicité

Doug Liman a déclaré au site Collider qu'il allait donner une suite à Edge of Tomorrow, le blockbuster de science-fiction, qui avait tout déchiré au box office pendant l'été 2014, en rapportant plus de 370 millions de dollars (environ 338 millions d'euros) à l'échelle mondiale.

Une reprise audacieuse

Publicité

Devant toutes ces suites, ces remakes et ces reboots, on a tendance à croire que le cinéma devient paresseux et n'ose plus prendre de risque, en pariant de moins en moins sur l'audace et la nouveauté. Mais pas quand Doug Liman envisage avec malice de prolonger l'histoire du commandant Bill Cage (Tom Cruise) en jouant avec la dimension temporelle, socle du scénario :

"C'est la seule suite que j'envisage de faire. D'abord parce que l'histoire est formidable, bien meilleure que celle du film original – et j'ai adoré le premier film – et surtout, c'est une suite qui est un prequel."

Dans Edge of Tomorrow, adapté du manga All You Need Is Kill d'Hiroshi Sakurazaka, Tom Cruise campe un commandant qui a la phobie du sang. Considéré comme un déserteur, il est envoyé sur le front pour combattre une horde d'extraterrestres invincibles. Largué comme une vulgaire chaussette sur le champ de bataille, il meurt au bout de quelques instants... mais se réveille brusquement, avant la bataille :

Publicité

Publicité

En enchaînant les réveils et les explosions, Edge of tomorrow avait réussi à retenir l'attention du spectateur, et le réalisateur de Jumper et La Mémoire dans la peau semble avoir bien compris que le public en redemande.
Annoncé pour 2018, le projet a le temps de se préciser car pour l'instant, aucune information sur ce Edge of Tomorrow 2 n'a été dévoilée, mais les deux têtes d'affiches, Tom Cruise et Emily Blunt seront toujours de la partie.

Par Lucille Bion, publié le 31/10/2016

Pour vous :