AccueilCinéma

DreamWorks va être racheté par Comcast pour 3,8 milliards de dollars

Publié le

par Charles Carrot

Le groupe de médias américain Comcast, également propriétaire d'Universal Pictures, a officialisé le rachat des studios DreamWorks ce jeudi 28 avril.

<em>Kung Fu Panda 3</em>, le dernier film DreamWorks est sorti en France le 30 mars 2016. (© DreamWorks Animation Studios)

Dans une passe un peu difficile depuis quelques années, empêtré dans des résultats économiques décevants, DreamWorks Animation va être racheté cette année pour la modique somme de 3,8 milliards d'euros. Le groupe Comcast l'a confirmé aujourd'hui – ou plus précisément sa filiale NBC-Universal, propriétaire des studios Universal comme son nom le laisse entendre.

La rumeur courait depuis mercredi et un article publié par le Wall Street Journal. La somme finalement négociée est plus élevée de 51 % que la capitalisation boursière du groupe, dévoilée il y a deux jours : un deal qui permettra à chaque actionnaire de l'entreprise de gagner 41 dollars par action. À titre de comparaison, le chiffre d'affaires annuel réalisé par DreamWorks est de 900 millions de dollars.

Une volonté évidente de concurrencer Disney

Comcast produit déjà des films d'animation à succès via sa filiale Universal Pictures : Moi, moche et méchant, la folie des Minions, ce sont eux. Avec ce rachat, le groupe récupère toutes les licences célèbres du catalogue de DreamWorks (Shrek, MadagascarDragons, Kung Fu Panda...) mais aussi sa puissante force de production : capables de réaliser jusqu'à trois films par an, les studios DreamWorks pourraient permettre à Comcast de mieux répondre au rythme des sorties de Disney, qui rafle chaque année la majorité du marché de l'animation avec des succès comme La Reine des neiges ou Zootopie.

Le PDG et cofondateur de DreamWorks, Jeffrey Katzenberg, perd son poste au passage mais reste dans l'entreprise, en tant que président du conseil de DreamWorks New Media. Le calendrier des futures sorties de DreamWorks n'est pas chamboulé pour l'instant.

À voir aussi sur konbini :