Quand un pigeon à deux têtes se lance dans le cinéma

Un spécimen assez étrange a fait son entrée dans le petit monde du cinéma français. Un double pigeon, pour être plus précis. Un rapace à deux têtes derrière lequel se cachent cinq passionnés d’image et de musique, bien décidés à faire bouger le septième art.

 

Double Pigeon Productions est une nouvelle boîte de prod’ créée l'été dernier par une bande de cinq jeunes parisiens : deux producteurs, Alice Bloch-Robin et Ulysse De Wilde, et trois réalisateurs, j’ai nommé Datis Balaï, Léo Gotainer et Florian Ronget.

Publicité

Un boite de potes avant tout selon Ulysse :

Pour être honnête, c’est d’abord une histoire d’amitié. On avait beaucoup d’amis qui bossaient dans la musique ou le cinéma et qui faisaient chacun leurs trucs de leur côté. Du coup, on s’est dit que ce serait bien de regrouper toutes ces personnes pour aboutir à un projet plus construit où on gagnerait des apports de chacun.

Et quand on voit le résultat, on ne peut qu’applaudir leur décision.

Publicité

Un double pigeon ?

On est fan des images, on est fan des cinq amis et on est fan du logo au pigeon chelou… Mais pourquoi ce dernier porte-t-il deux têtes sur ses épaules ? "Un jour, je marchais dans la rue et j’ai trouvé un pigeon à deux têtes", lance Ulysse hyper sérieusement. "Mais c’était un pigeon iranien", précise Datis. Bon, comme je ne suis pas dupe, j’ai cherché des réponses du côté de la seule nana du groupe, Alice, qui, paraît-il, serait la plus bosseuse – d’ailleurs elle a déjà produit un long-métrage, Days of Gray.

À la base, on a pris un pigeon car il représentait notre vision du cinéma : un film, c’est vous faire croire pendant 1h30 une histoire qui n’existe pas. En d’autres termes, c’est vous pigeonner. Et les deux têtes, c’est parce qu’on a deux objectifs.

Publicité

"On ne voulait pas rester une simple boîte de prod"

Nos oiseaux ont en effet deux buts bien distincts : d’une part, produire et réaliser des films 100 % made in Double Pigeon. D’autre part, aider de jeunes producteurs à prendre leur envol. "En rentrant de New York avec Ulysse cet été, où j'ai vécu un an, on s’est rendu compte qu’il y avait trop peu de choses faites pour aider les jeunes cinéastes en France, surtout par rapport aux États-Unis où on commence à faire des courts-métrages sérieux à partir de 16 ans, souligne Alice. On s’est alors dit qu’on ne voulait pas rester une simple boîte de production comme il en existe beaucoup d’autres. On avait envie de se mettre au service de la communauté cinéaste."

Pour ce faire, Double Pigeon s’apprête à créer un pôle associatif et événementiel qui s’articulera autour de deux axes. Tout d’abord, un pôle web, avec un web magazine et un job finder, un genre de réseau entre LinkedIn et ProfilCutlture. Et un pôle événementiel qui va tourner autour de conférences, de workshops, de soirées ou encore de festivals basés sur le modèle de l’Independent Film Week de New York. Bref, un joli programme bien pensé pour faire bouger le septième art.

Datis, Alice et Ulysse, membre de Double Pigeon

Datis, Alice et Ulysse

Publicité

Grems, rencontre avec un Chat Con

Aujourd’hui, les cinq amis bossent sur un projet très prometteur : un docu-fiction sur le rappeur, graffeur et graphiste Grems, en co-production avec Melocoton Films. Pendant un an, Datis, Léo, Florian et Benjamin Carrion sont entrés dans le microcosme de l'artiste, un monde créatif et un peu perché dans lequel on retrouve des rappeurs tels que Disiz, Tony Truand, Son Of Kick ou encore Foreign Beggars. Des souvenirs mémorables de ce tournage ?

"Tout ce que je peux vous dire c'est que la fille de Grems a peur de moi... à cause de mon nez", répond Datis. Intitulé Grems, rencontre avec un Chat Con, en référence à son titre Chat Con sorti en 2012, ce docu-fiction de 90 minutes devrait voir le jour fin 2013. Vivement.

Grems - Chat Con

Pour plus d’infos sur Double Pigeon Productions, c’est par ici. Et pour les aider à prendre de l'altitude, c’est par .

On vous propose également : 

Par Naomi Clément, publié le 21/02/2013

Copié

Pour vous :