Avouez que ça aurait eu de la gueule (© Facebook / The Asylum)

Donald Trump a failli jouer le président américain dans Sharknado 3

Franchement, c’est dommage.

Avouez que ça aurait eu de la gueule. (© Facebook/The Asylum)

S’il y a bien une chose que la meilleure franchise de nanars jusqu’au-boutistes a su exploiter, c’est son autodérision. Ce qui fait le succès des Sharknado, contrairement à d’autres navets du genre, c’est le "toujours plus", ponctué de quelques blagues et notamment de caméos notables. De George R.R. Martin à Kelly Osbourne, un certain nombre de célébrités sont passées par la case Sharknado, le cinquième volet sorti i l y a quelques jours outre-Atlantique inclus.

Publicité

En l’occurrence, les fans pourront se souvenir de Mark Cuban, homme d’affaires méconnu dans l’Hexagone, qui tenait le rôle du président badass sur les bords dans le troisième volet. Le Hollywood Reporter nous apprend dans un long papier, qui se concentre justement sur les caméos de la franchise, que l’actuel chef de l’exécutif américain a été approché à l’époque pour jouer ce rôle. Et que Donald Trump était à deux doigts de tuer du requin volant.

"Le Donald a dit oui"

Cela s’est produit en janvier 2015, soit deux ans avant qu’il ne devienne l’actuel président des États-Unis. Ce dernier signe alors pour jouer, justement, le chef de l’État américain dans Sharknado 3 : Oh Hell No ! Les producteurs voulaient Sarah Palin dans ce rôle, mais les négociations sont tombées à l’eau. C’est là que la tête d’affiche du film, Ian Ziering, entre en jeu. Il avait en effet participé à l’émission Celebrity Apprentice, la télé-réalité qui met en avant le milliardaire – et quasiment toute sa famille –, et s’est dit que le patron pourrait faire l’affaire.

"Le Donald a dit oui. Il était excité qu’on lui propose", se rappelle alors David Latt, l’un des cofondateurs de la maison de production du bébé, The Asylum. Des contrats ont été envoyés à l’avocat de Trump, Michael D. Cohen (celui-là même qui fait actuellement l’objet d’une enquête du FBI sur ses connexions avec la Russie). Sauf que, problème d’agenda oblige, Trump a commencé à ne plus répondre. Pour cause, il réfléchissait sérieusement à se présenter à la course pour la Maison-Blanche. La suite, vous la connaissez.

Publicité

Pour l’anecdote, l’avocat de Trump n’a pas trop apprécié que la production appelle Mark Cuban pour le remplacer. "Il nous a dit 'Comment osez-vous ? Donald voulait jouer ce rôle. Nous allons porter plainte ! Nous allons fermer toute la production'". Classic Donald.

On aurait probablement préféré le voir en président fictif qui bute des requins volants à tour de bras qu’en véritable chef d’État, mais ça, c’est un autre débat.

Par Arthur Cios, publié le 15/08/2017

Pour vous :