Disney va donner 5 millions de dollars pour la reconstruction de Notre-Dame

Après la région Île-de-France et quelques milliardaires français, Disney a également voulu apporter sa pierre à l'édifice.

Lundi 15 avril, à 18 h 50, un incendie dévastateur s’est déclaré dans l’emblématique Notre-Dame de Paris. Déjà fragilisée par les vicissitudes du temps, la charpente du monument a été ravagée en l’espace de quelques heures. Si la structure principale a été sauvée, la flèche s’est effondrée et la charpente a été entièrement détruite par les flammes. Après une longue nuit, les 400 pompiers mobilisés sont parvenus à stopper l’incendie.

Face à ce bilan dramatique, la restauration de la charpente de Notre-Dame de Paris achevée au début du XIIIe siècle et dont certains éléments dataient du VIIIe siècle va coûter une fortune. La région Île-de-France a immédiatement annoncé qu’elle allait débloquer 10 millions d’euros. Si on peut aussi compter sur l’aide des milliardaires français Bernard Arnault et François Pinault (300 millions d’euros de dons), Disney a également voulu apporter sa pierre à l’édifice.

Publicité

À travers un communiqué, la firme aux grandes oreilles a décidé de verser 5 millions de dollars (4,4 millions d’euros) en soutien à la reconstruction de la cathédrale :

"Notre-Dame est une lueur d’espoir, un phare de beauté qui définit le cœur de Paris et l’âme de la France depuis des siècles, inspirant la crainte et le respect pour l’art, l’architecture et sa place immuable dans l’Histoire."

Effectivement inspiré par l’édifice, Disney avait produit le dessin animé Le Bossu de Notre-Dame. Sorti en 1996, ce film s’inspire librement du Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, en nous faisant suivre les aventures édulcorées d’Esmeralda, Quasimodo, Phœbus, et Frollo – sans oublier les trois gargouilles, La Rocaille, La Muraille, et La Volière, les seules amies du reclus du clocher. Le prologue du film a même été conçu dans les studios en France ce qui fait donc du film, le premier animé Disney à ne pas avoir été entièrement réalisé aux États-Unis.

Publicité

Par Lucille Bion, publié le 18/04/2019

Pour vous :