Disney+ aurait déjà plus de 50 millions d'abonnés à travers le monde

Netflix a du souci à se faire.

La guerre des plateformes de SVOD est lancée depuis plusieurs années, mais un nouveau concurrent plus que sérieux vient de rejoindre le combat : Disney. Sa nouvelle plateforme, Disney+, est bien partie pour être sur le podium. Lancée en novembre dernier outre-Atlantique et depuis le mois de mars en Europe, la plateforme du géant du divertissement compte déjà sur des résultats hallucinants.

En février, nous apprenions qu'il y avait déjà, en l'espace de quatre mois, plus de 28 millions d'abonnés rien que chez l'Oncle Sam. Voilà que deux mois plus tard, Disney parle déjà de 50 millions de comptes à travers le monde. Avec ce chiffre, Disney+ chope, selon les données de sa maison-mère, la troisième place du classement des plateformes avec le plus d'abonnés, derrière Amazon Prime (150 millions), et Netflix (160 millions).

Publicité

Un chiffre ahurissant qui va au-delà de toutes les espérances du côté de chez Disney. Avant le lancement, l'entreprise annonçait à ses investisseurs qu'elle espérait avoir, d'ici septembre 2020, 18 millions d'abonnés, et visait entre 60 et 90 millions d'abonnés d'ici septembre 2024. 

Cette croissance soudaine peut s'expliquer d'un côté par les lancements récents sur des marchés forts en Europe et en Inde. Rien que dans ce dernier pays aux 1,4 milliard d'habitants, on décompte près de 8 millions d'abonnés fraîchement débarqués en une semaine à peine. De plus, il faut également prendre en compte le Covid-19, et donc le confinement, qui a boosté les performances des plateformes de streaming.

Selon Variety, cela peut d'ailleurs être un problème. Les personnes confinés ont tendance à consommer les films et séries plus rapidement. Or, le catalogue, aussi solide soit-il, reste bien plus maigre que chez les concurrents. Il va falloir, selon le magazine américain, offrir rapidement de nouveaux contenus exclusifs pour ne pas perdre cette nouvelle clientèle qui pourrait se lasser assez vite.

Publicité

Par Arthur Cios, publié le 09/04/2020