La déception de Bill Murray lors d'un match de basket fait le tour du Web

Bill Murray a affiché un air profondément déçu lors de la défaite de son équipe favorite durant le championnat universitaire de basket-ball aux États-Unis.

Bill Murray, lors du match du NCAA, c'est un peu nous à la fin du match France-Italie lors de la Coupe du Monde  2006,

Bill Murray lors de la défaite de l'équipe de la Xavier University, c'est un peu nous à la fin du match France-Italie lors de la Coupe du Monde 2006,

Sur Internet, la déception a un nouveau visage : celui de Bill Murray qui vient d'assister à la défaite de l'équipe de basket qu'il supportait lors de la sweet sixteen (les huitièmes de finale) du championnat universitaire de basket-ball aux États-Unis, le NCAA, aussi surnommé March Madness. En français : folie de mars.

Publicité

Dimanche 20 mars au soir, le match opposant les équipes de basket-ball des universités américaines Xavier (Ohio) et Wisconsin-Madison a connu un dénouement spectaculaire : un joueur de Wisconsin, du nom de Bronson Koenig, a réalisé un splendide panier au buzzer. C'est-à-dire qu'il a marqué à la toute dernière seconde du match, au moment où retentit l'alarme signalant la fin de la partie, qualifiant ainsi son équipe pour la suite du championnat.

Ce dénouement n'a pas évidemment pas plu aux supporters de l'Université Xavier, et encore à moins au célèbre acteur Bill Murray. Il a été vu dans les gradins, du côté de Xavier, complètement dépité face à ce panier brutal mais stupéfiant. Depuis dimanche soir, la mine déconfite du fameux comédien (qu'on a vu, entres autres, dans les films Ghostbuster, Blues Brothers, ou encore Un jour sans fin) est devenue source de blagues sous le hashtag #MarchSadness.

Publicité

"Quand tu réalises qu'on est lundi... (désolé Bill)" 

Publicité

"Lequel est Bill Murray ?"

"Laissez Bill Murray tranquille ! Il vous en mettrait des paniers, vous ne rappelez donc pas de Space Jam ?" 

Publicité

Bill Murray est aussi devenu un détournement du mème "Crying Michael Jordan", dont les origines remontent au jour où le célèbre joueur s'est mis à pleurer durant son discours d'intronisation au Basket Ball Hall of Fame en 2009 :

"Internet est fou."

En France, les championnats sportifs étudiants ne mobilisent pas beaucoup les foules. Aux États-Unis, c'est tout le contraire et le March Madness fait partie des évènements médiatiques les plus importants du pays. Ce championnat réunit les meilleures équipes universitaires de basket-ball d'Amérique et génèrent des millions de dollars en publicité : selon le cabinet d'études Kantar Media, ce sont 1,19 milliard de dollars (plus de 1 milliard d'euros) qui ont été déboursés en pages commerciales à la télévision US lors du NCAA 2015. La finale de l'an dernier avait d'ailleurs mobilisé 28,3 millions de téléspectateurs. C'est plus que la NBA, dont les finales ont présenté une audience moyenne de 18,14 millions de téléspectateurs par match en 2015, selon Statista.

Par Juliette Geenens, publié le 21/03/2016

Pour vous :