De Ratatouille à Soul Kitchen : 6 films qui donnent faim

Il existe des longs-métrages qui se mangent avec les yeux. En salles dès mercredi, La Saveur des ramen d’Eric Khoo en fait indubitablement partie. Konbini profite de cette sortie pour enfiler sa toque et vous mijoter une sélection (subjective) de films qui affolent les papilles.

(© Buena Vista International)

Il n’y a pas que Tasty, Chef’s Table, Les Carnets de Julie, Le Meilleur Pâtissier ou Top Chef qui font saliver. Depuis ses débuts, le cinéma a lui aussi su mettre en avant les aliments, au point d’en faire des stars. Cette semaine, La Saveur des ramen d’Eric Khoo honore cette tradition à travers le récit touchant de Masato, un jeune chef japonais qui a toujours voulu aller à Singapour afin de se reconnecter à sa douce enfance, durant laquelle sa mère lui cuisinait des mets d’exception.

Publicité

Avec une langueur poétique, le cinéaste convoque la puissance du souvenir et entre dans le secret de la nourriture que l’on partage, celle qui cimente souvent nos liens et laisse en nous des traces impérissables.

Ce voyage, que l’on vous conseille, nous a en tout cas donné envie de replonger dans nos propres réminiscences cinématographiques pour en exhumer cinq moments. Cinq films qui ont su, directement ou non, extraire toute la substantifique moelle des plaisirs gustatifs. À vos fourchettes, prêts, partez !

Publicité

Ratatouille

Comment parler de la cuisine au cinéma sans évoquer l’un de ses étendards ? Huitième film d’animation des studios Pixar, Ratatouille célèbre, en plus de la ville de Paris, toute l’imagerie et la puissance fantasmatique de la gastronomie made in France.

Son héros, l’irrésistible Rémy, est un rongeur qui refuse sa vie de rat d’égout, préférant squatter l’établissement Chez Gusteau !, l’un des plus grands restaurants de la capitale. Avec son odorat affûté et son sens renversant des mélanges culinaires (on le revoit encore croquer dans le raisin/fromage), il se mue petit à petit en maestro des fourneaux.

Publicité

Pour retranscrire l’ambiance des cuisines et restituer – grâce à une lumière folle – la beauté des aliments, l’équipe de Pixar s’est entretenue avec des spécialistes de la baie de San Francisco et a visité de nombreux restaurants français, à l’instar de ceux de Guy Savoy, Hélène Darroze ou encore l’emblématique La Tour d’argent.

Une quarantaine de membres de la team technique a d’ailleurs suivi des cours de cuisine pour se préparer à la fabrication du film : 270 plats ont ainsi été préparés en amont du projet et pris en photo sous toutes les coutures. Le but ? Rendre le tout, à commencer par la fameuse ratatouille, parfaitement alléchant. Mission accomplie !

La Graine et le Mulet et La Vie d’Adèle

Ces deux chefs-d’œuvre d’Abdellatif Kechiche ne traitent pas directement de thématiques culinaires. Et pourtant ! Si vous les voyez avant de passer à table, il est fort à parier que votre estomac criera famine. Il faut dire que le style du cinéaste, fortement reconnaissable, est celui de l’étirement et du naturalisme. Ici, gare à l’acteur qui fera semblant de manger !

Publicité

Dans La Vie d’Adèle, Adèle Exarchopoulos dévore en effet son kebab comme elle se rassasie de spaghettis à la sauce bolognaise. Chez les parents d’Emma (Léa Seydoux), là encore, on mange vraiment des huîtres avec un appétit vorace. Ce même appétit avec lequel Kechiche croque ses histoires et ses personnages, comme s’il voulait les décortiquer jusqu’à la dernière chair.

Pour la petite histoire, Adèle Exarchopoulos a été recrutée après avoir mangé une tarte au citron dans un café. Le réalisateur a été littéralement séduit par sa façon de la déguster, car il recherchait une certaine sensualité.

Dans La Graine et le Mulet, un homme d’une soixantaine d’années entend reprendre sa vie en main, avec l’aide d’une jeune fille gouailleuse (Hafsia Herzi), en essayant d’ouvrir un restaurant à Sète. Là encore, on se souvient de cette longue scène de repas familial, avec un couscous au poisson. Gros plans sur les bouches (d’où les personnages extraient des arêtes), déglutition, plats qui défilent… Ou comment rappeler qu’aimer manger, c’est aimer la vie !

Charlie et la chocolaterie

Pour la corporation des dentistes, Charlie et la chocolaterie de Mel Stuart fut, est et restera une inépuisable manne financière. Quand on est gamin (ça marche aussi pour les adultes, on vous rassure), il est impensable de ne pas filer au rayon confiserie du supermarché après l’avoir découvert à l’écran.

Dans cette adaptation totalement désavouée par le romancier Roald Dahl – et pourtant autrement plus réussie que celle de Tim Burton –, Willy Wonka (incarné par le regretté Gene Wilder) chante à ses invités : "Come with me and you’ll be in a world of pure imagination" (en français, ça donne : "Viens avec moi et tu seras dans un monde de pure imagination"). Et il a totalement raison !

On découvre dès lors, à travers le regard plein d’innocence de l’indigent Charlie Buckett, la renversante usine de chocolat (rivière de cacao incluse) et de friandises de l’excentrique industriel. Là, les murs se lèchent et délivrent des saveurs fruitées, les tasses de café se croquent, les énormes champignons ne sont que crème et cerise, les feuilles des arbres sont comestibles… Le tout est servi avec les chansons cultes des sémillants Oompa Loompas.

Véritable bijou de la pop culture, ce film a été inscrit en 2014 au National Film Registry pour être conservé à la bibliothèque du Congrès américain. NB : gardez en tête que le brossage de dents permet d’éviter la survenue de caries, et que ce film en a causé un paquet.

Soul Kitchen

Injustement méconnu du grand public – seulement 278 000 spectateurs l’ont applaudi en salles –, Soul Kitchen du Germano-Turc Fatih Akin avait pourtant tout pour attirer les foules et les satisfaire. Parce que c’est justement dans l’aspect fédérateur de la bouffe que le cinéaste marque de beaux et précieux points.

Pour rappel, cette comédie roborative suit les aventures de Zinos (Adam Bousdoukos), un jeune restaurateur de Hambourg en pleine crise existentielle : sa copine part s’installer à Shanghaï et les clients de son restaurant font la moue face à la sophistication des recettes de son nouveau chef névrotique (joué par l’excellent Birol Ünel, que Fatih Akin avait déjà dirigé dans Head-On).

Avec une véritable générosité, le chaleureux Soul Kitchen parle, entre les lignes, de la vie du héros et du pouvoir unificateur d’une bonne tablée. Comme son nom l’indique, on y évoque l’esprit de la nourriture et la capacité qu’elle a à réunir les gens. C’est d’ailleurs le souhait premier de Zinos : arriver à la formule parfaite, celle qui ramènera un max de monde dans son établissement. Ce dernier va ainsi soigner l’ambiance du lieu, pour en faire un incontournable underground où on a envie de se retrouver pour trinquer, écouter de la musique et se remplir la panse. On en sort heureux et réconfortés.

L’Aile ou la Cuisse

Avant que Morgan Spurlock ne s’attaque à la malbouffe avec son brûlot Super Size Me, le cinéma français avait déjà investi cette problématique par la voix du réalisateur Claude Zidi. Dans L’Aile ou la Cuisse, ce dernier met en scène l’inénarrable Louis de Funès dans le rôle de Charles Duchemin, le directeur d’un célébrissime guide gastronomique (équivalent au Michelin) qui se bat bec et ongles pour mettre à terre le roi carnassier de la cuisine industrielle, Jacques Tricatel (une espèce de caricature de Jacques Borel, pionnier des restoroutes et de la restauration rapide, qui était surnommé dans les années 1960 le "Napoléon du prêt-à-manger").

Avec les années, le personnage de Charles Duchemin a durablement marqué les spectateurs. Son nom est désormais associé aux défenseurs de l’art de la table à la française, au respect de la haute gastronomie. Il n’y a qu’à voir le champ lexical adopté par ce perfectionniste patenté.

On ne se lasse pas de l’admirer en goûteur invétéré, s’extasiant devant la bonne cuisine, ou en critique cinglant, vilipendant les aliments de merde servis à foison dans des supermarchés sans éthique. Il n’est en tout cas pas improbable que le visionnage de cette comédie culte vous ouvre l’appétit et provoque en vous le désir de casser votre tirelire dans un resto étoilé.

Par Mehdi Omaïs, publié le 03/10/2018

Pour vous :