Karidja Touré dans Bande de filles (© Pyramide Distribution)

De Bande de filles à La Colle, Karidja Touré nous a parlé de son prometteur début de carrière

Révélée dans l’éblouissant Bande de filles, Karidja Touré sera cet été à l’affiche de La Colle, une comédie pour ados bien barrée. Rencontre avec une jeune actrice destinée à de grandes choses.

Karidja Touré dans Bande de filles (© Pyramide Distribution)

Karidja Touré dans Bande de filles. (© Pyramide Distribution)

À 23 ans, Karidja Touré a déjà un joli début de carrière. En promotion pour la comédie La Colle (dans laquelle elle interprète Leila, une jeune lycéenne retenue dans son bahut avec six autres de ses camarades un samedi matin), elle m’accueille avec bienveillance, à l’occasion du Champs-Élysées Film Festival dont elle fait partie du jury. Souriante, décontractée et naturelle, l’actrice semble rester fidèle à elle-même. Cette jeune femme pleine de vie profite à fond des opportunités qu’elle a su obtenir grâce à son talent. D’ailleurs, l’histoire de sa découverte par une agente de casting pour le film Bande de filles tient presque du rêve américain :

Publicité

"J’étais à la foire du Trône pour fêter mon bac avec mes amis. Il y a une femme qui s’est approchée de moi, qui m’a tendu une carte et qui m’a dit qu’elle cherchait des jeunes filles de mon profil pour jouer dans un film. J’étais assez brusquée, je n’y croyais pas vraiment : quand je suis rentrée chez moi, j’ai un peu cherché sur Internet pour voir de quoi il s’agissait."

C’est à ce moment-là que la vie de Karidja a pris un tout autre tournant. De ses rêves de petite fille à son ascension dans le monde du cinéma, la jeune actrice me raconte comment sa vie a rapidement basculé et combien elle profite de ces moments privilégiés :

"Être actrice était un rêve, mais je n’avais jamais envisagé de le devenir. Quand j’étais plus jeune, je regardais le personnage de Hermione Granger que jouait Emma Watson dans la saga Harry Potter, et je reproduisais ce qu’elle faisait. Je regardais les making of des films. Ce qui m’intéressait le plus, c’était de savoir comment on faisait."

Publicité

Son rêve s’est nourri des productions américaines dont elle était fan. Cependant, elle déplore la sous-représentation des femmes au cinéma, notamment celle des femmes noires.

"Je me suis toujours identifiée à des actrices blanches. Pas vraiment par envie, mais parce que je n’avais pas le choix. Pas le choix, dans le sens où il y avait un énorme manque de diversité. Il n’y avait aucune héroïne noire. Ce qui manque toujours actuellement… bien qu’il y ait quand même des figures fortes. Surtout aux États-Unis, avec Viola Davis par exemple. C’est une figure féminine noire, très forte. Elle m’inspire énormément."

L’actrice d’origine africaine exprime son désir de changer la donne, afin de renverser des codes bien ancrés dans la société et le cinéma. Consciente d’avoir une image publique et d’être, potentiellement, un modèle pour les plus jeunes, la star de Bande de filles aimerait être une porte-parole d’une génération progressiste.

Publicité

"J’aime choisir avec soin mes rôles"

Dans Bande de filles, Karidja Touré interprétait Marieme, une ado de 16 ans qui se révolte contre la loi de son quartier, les diktats des garçons et le carcan de l’école. Ce drame de Céline Sciamma illustre à merveille les déchirures et les rêves de la jeunesse. Grâce à ce premier rôle marquant, l’actrice a pu devenir une jeune femme confiante et inébranlable.

Ce début de carrière sur les chapeaux de roues lui a notamment permis d’aller jusqu’au prestigieux Festival de Cannes. Une expérience qui lui a offert de grandes possibilités, notamment celle de pouvoir faire ses propres choix.

Publicité

"Après le tournage, j’ai repris mes études normalement. C’était important pour moi de montrer à mes parents que j’avais une issue de secours, au cas où ça ne marcherait pas pour moi au cinéma. Je me souviens que lorsque j’ai dit à mes profs que je devais m’absenter pendant quelques jours, l’un d’eux m’a demandé pourquoi. J’ai dû répondre que j’allais au Festival de Cannes. Comme il était étonné, je lui ai dit que j’avais joué dans un film. Il ne me croyait pas, parce que je n’en avais jamais parlé. J’ai dû aller à la bibliothèque emprunter un magazine spécialisé dans le cinéma pour lui montrer. Il a trouvé ça génial."

Trois ans plus tard – et après des rôles secondaires mais remarquables dans Sage Femme de Martin Provost, et dans Ce qui nous lie de Cédric Klapisch – la jeune actrice opte pour un autre registre avec La Colle, une comédie fantastique et potache qui s’adresse à un public plus jeune (un choix étonnant de la part de celle qui a commencé sa carrière avec un film d’auteur).

La Colle nous raconte l’histoire de Benjamin, un lycéen qui a injustement écopé de deux heures de colle un samedi matin. Arrivé sur place, il comprend que Leila (Karidja Touré), la fille dont il est secrètement amoureux, fait partie des collés ce jour-là. Le hic, c’est qu’il se rend compte très rapidement qu’il est bloqué dans une boucle temporelle : s’il s’éloigne de Leila plus de trois minutes, il est renvoyé au début de la colle. Il va alors tout faire pour sortir de cette situation et, surtout, réussir à draguer Leila. Karidja est ravie d’avoir pu jouer dans un tel film :

"J’aime choisir avec soin mes rôles. Peu importe le genre, le budget… du moment que le scénario me procure des émotions, j’accepte. Et puis le réalisateur ou la réalisatrice doit me plaire. J’aime bien me sentir en confiance. Pour La Colle, la boucle spatio-temporelle, qu’on a peu vue dans le cinéma français, m’a séduite. Et puis retourner en cours, dans une classe diversifiée, c’était cool."

L’actrice s’amuse des ressemblances entre elle et son personnage : "Je n’étais pas une mauvaise élève mais j’aimais bien bavarder. C’est pour ces raisons que j’ai déjà été collé d’ailleurs [rires]. Je parlais à tout le monde : les populaires, les moins populaires… si tu aimais les mêmes choses que moi, je pouvais facilement être ta meilleure amie."

Pour elle comme pour ses personnages, le principal pour Karidja Touré c’est de rester fidèle à soi-même. Une philosophie de vie qui devrait permettre à l’actrice d’avoir une carrière de qualité.

La Colle sortira au cinéma le 19 juillet.

Par , publié le 12/07/2017

Pour vous :