David Fincher à l’œuvre (© 20th Century Fox)

David Fincher explique pourquoi il a refusé la réal de Star Wars 7

Non seulement il a refusé, mais il explique ne jamais vouloir bosser sur des gros projets s’incluant dans une franchise telle que Star Wars.

David Fincher à l’œuvre. (© 20th Century Fox)

On se souvient du tumulte provoqué par l’annonce d’un nouveau Star Wars, le septième, il y a quelques années maintenant. Avant d’atterrir dans nos salles obscures en décembre 2015, Disney s’est posé pas mal de questions, à commencer par celle de la réalisation. Plusieurs réal' étaient dans la shortlist, dont David Fincher, avant que soit désigné officiellement J.J. Abrams.

Publicité

Quelques années après ces événements, le papa de Fight Club, à la filmographie exemplaire — pour l’instant — qui revient sur le devant de la scène avec sa géniale série MINDHUNTER, s’est exprimé sur cette drôle de période. Celui que l’on retrouvera bientôt avec la suite de World War Z (on ne se fait toujours pas à l’idée) s’est exprimé au micro de nos confrères britanniques d’Empire, lors d’un entretien de 40 minutes.

Il explique ainsi avoir en réalité refusé le job, tout simplement. Après s’être entretenu avec Kathleen Kennedy, et bien que reconnaissant qu’il s’agissait là d’une "offre en or", il raconte :

"Au vu du succès des deux derniers [comprendre Le Réveil de la Force et Rogue One, ndlr], je n’imagine même pas les tripes qu’il faut avoir. C’est d’un tout autre niveau. D’un côté, tu dois endurer les caprices d’Harrison Ford et Carrie Fisher, et de l’autre il faut que tu arrives à taper des recettes de 1 milliard ou 1,5 milliard de dollars [au box-office, ndlr], et ça devient une pression en soi. […]

Tu dois vraiment te vider la tête. Tu dois être sûr que c’est bien ce que tu veux, parce que quoi qu’il en soit, c’est 2 ans de ta vie, 14 heures par jour, 7 jours par semaine."

Publicité

À noter que plusieurs cinéastes ont jeté l’éponge, ou ont été virés, comme Colin Trevorrow qui devait initialement plancher sur le neuvième volet avant d’être finalement remplacé par J.J. Abrams, ou encore Phil Lord et Christopher Miller qui travaillait sur Solo : A Star Wars Story, avant d’être remplacés par Ron Howard.

Difficile de contredire Fincher donc — même si, à une autre échelle, le voir reprendre le flambeau de World War Z 2, après avoir descendu les commandes de studios (on pense notamment à son Alien 3 mais aussi à Panic Room) et ses dernières invectives, nous fait doucement sourire.

Retrouvez l’interview entière juste ici (le passage sur Star Wars se situe autour de la 39e minute) :

Publicité

Par Arthur Cios, publié le 23/10/2017

Pour vous :