(© History of Violence)

David Cronenberg semble en avoir fini avec le cinéma d'horreur

Jugeant le cinéma d'horreur "trop répétitif et restrictif", David Cronenberg a décidé d'explorer d'autres genres, et notamment sur le petit écran.

History of Violence)

Comme David Lynch, David Cronenberg observe avec incompréhension la tournure que prend l’industrie du cinéma. Le maître de l’horreur qui nous a fait cauchemarder avec La Mouche, Scanners, Videodrome ou Stereo ne semble plus très motivé pour nous administrer d'autres doses de frissons.

Publicité

En effet, David Cronenberg s’est entretenu avec Entertainment Week à l’occasion d’une rétrospective sur son œuvre au Beyond Fest de Los Angeles. Le cinéaste a pu ainsi évoquer son rapport avec le cinéma de genre, qu’il n’a pas tutoyé depuis eXistenZ :

"Je n’ai jamais essayé d’échapper à l’horreur. On m’a proposé de nombreux projets les uns après les autres, et tous me paraissaient des répétitions de ce que j’avais déjà fait par le passé, et ce n’est pas une démarche intéressante. Je pense que la raison pour laquelle j’ai commencé à m’éloigner de l’horreur, c'est juste parce que, au lieu d’être libérateur, comme c’était le cas au début, je trouve qu’il devient plutôt restrictif.

Je pense que dans tous mes films on retrouve encore cette ossature mais je ne me vois plus vraiment y retourner. Mais on ne sait jamais, on ne sait jamais."

Comme en témoigne cette nouvelle ère de préquel de remake et de spin-off, on ne peut pas juger David Cronenberg de vouloir se réinventer. On se demande d’ailleurs ce qu’il pense du projet de remake de son Rage par les sœurs Soska, quarante ans après sa sortie.

Publicité

L’avenir des séries

Si le cinéaste semble lassé par les projets qu’on lui propose, il a évoqué avec ses amis au Festival de Venise, le futur du cinéma :

"Je reviens juste du Festival de Venise et j’étais à une table ronde avec Spike Lee et d’autres où nous parlions de l’avenir du cinéma. Il y avait de longues discussions à propos de Netflix, des séries en streaming, etc., et j’ai dit que je pensais que c’était ça, l’avenir du cinéma et que l’idée de faire des séries télé était très intéressante."

Tellement intéressante, qu'il a décidé d’explorer ce nouveau terrain. En effet, il planche actuellement sur sa première série. Déjà familier du petit écran grâce à ses réalisations des épisodes de Scales of Justice en 1990, Vendredi 13 en 1988 , ou encore Peep Show en 1976, il n’a pas souhaité donner davantage de détails sur son nouveau projet.

Publicité

Par Lucille Bion, publié le 01/10/2018

Pour vous :