AccueilCinéma

Dans une tribune poignante, Uma Thurman raconte son avortement lorsqu’elle avait 20 ans

Publié le

par Lucille Bion

Avec "tristesse et un sentiment proche de l’horreur", l’actrice a senti qu’il était "de sa responsabilité" de s’exprimer.

Pour venir en soutien aux femmes du Texas, l’actrice Uma Thurman a publié une tribune poignante dans le Washington Post pour défendre le droit à l’avortement. Après l’entrée en vigueur d’une loi qui interdit les IVG après six semaines de grossesse dans l’État américain (même en cas d’inceste ou de viol), la muse de Quentin Tarantino a décidé de prendre la parole dans "l’espoir de détourner les flammes de la controverse des femmes vulnérables affectées par la loi" du Texas.

Avec "tristesse et un sentiment proche de l’horreur", l’actrice a senti qu’il était "de sa responsabilité" de s’exprimer. "Je n’ai rien à gagner de ces aveux et peut-être beaucoup à perdre", écrit Uma Thurman. Si elle confie qu’elle est aujourd’hui une mère épanouie, elle a été contrainte d’avorter lorsqu’elle avait à peine 20 ans et qu’elle se trouvait en Europe, loin de ses proches. Elle est tombée enceinte d’un homme plus âgé et a précisé qu’elle voulait "garder le bébé, mais comment ?" 

Dans une conversation "terrible" avec ses parents, ce "fantasme enfantin de maternité" s’est dissipé, raconte-t-elle. La relation n’était "pas viable", "ma carrière commençait tout juste, je n’avais pas les moyens de payer un foyer stable, même pour moi. Nous avons décidé en famille que je ne pouvais pas poursuivre ma grossesse." Avec l’aide d’une amie, elle s’est rendue à Cologne où un médecin allemand a pratiqué un avortement sous anesthésie locale. "Ça faisait terriblement mal, mais je ne me suis pas plainte, je portais une telle honte que je pensais mériter cette douleur…"

"Il y a beaucoup de douleur dans cette histoire", insiste-t-elle. "L’avortement de mon adolescence a été le choix le plus difficile de ma vie, il m’a causé une peine profonde à l’époque et m’attriste encore aujourd’hui." Mais "je n’ai aucun regret" : "il m’a ouvert le chemin pour une vie pleine de joie et d’amour. Choisir d’interrompre cette grossesse m’a permis de grandir et de devenir la mère que je voulais être", écrit la comédienne qui a eu ensuite trois enfants "magiques et merveilleux".

Près de 50 ans après que la Cour suprême a reconnu le droit des Américaines à interrompre leur grossesse, l’avortement reste un sujet très délicat aux États-Unis, où très peu de personnalités osent dire publiquement qu’elles ont avorté. 

Konbini avec AFP

À voir aussi sur konbini :