Damien Chazelle s’inscrit sur Twitter pour appeler à la destitution de Donald Trump

Jusqu’à présent, le réalisateur de La La Land était extrêmement discret sur les réseaux sociaux. Mais après les événements de Charlottesville, Damien Chazelle a choisi de sortir du silence et d’utiliser Twitter pour crier haro sur Donald Trump et son administration.

© SND

Alors que Donald Trump est de plus en plus isolé après les événements tragiques de Charlottesville, pour avoir notamment comparé la violence des suprémacistes blancs à la réaction des antiracistes, la levée de boucliers se poursuit dans les rangs des personnalités du cinéma.

Publicité

Mercredi 16 août, devant la Trump Tower, Mark Ruffalo était en rogne. "Nous sommes là pour commémorer la vie d’une Américaine tuée par un nazi sur notre sol", s’est-il égosillé, accusant le président des États-Unis de complicité avec les groupuscules d’extrême droite. "Disons son nom : Heather Heyer", a-t-il ensuite scandé aux côtés du documentariste engagé Michael Moore. Olivia Wilde et Zoe Kazan ont également assisté à ce rassemblement.

Il y a moins de vingt-quatre heures, c’est Damien Chazelle, oscarisé cette année pour son sublime La La Land, qui a carrément ouvert un compte Twitter spécialement pour protester à son tour, qualifiant le tenancier de la Maison-Blanche de "dégoûtant raciste misogyne".

Publicité

Publicité

Publicité

Dans un cri du cœur segmenté en dix tweets, le cinéaste américain de 32 ans a ainsi jugé nécessaire d’ajouter sa voix à la fronde générale :

"L’administration Trump approuve ouvertement le nazisme et le suprémacisme blanc. C’est aussi simple que ça. Nous vivons un moment historique. Les choses sont rarement aussi claires. Toute personne en position de pouvoir qui reste silencieuse est complice. Je m’accroche à l’espoir que le Parti républicain recouvrera ses esprits et appellera à sa destitution."

Et de poursuivre, un peu plus loin : "L’épique échec de la morale dont nous sommes les témoins inspirera un nouvel activisme. Je suis peut-être naïf. Mais, pendant ce temps, je vais essayer de faire tout ce qui est en mon pouvoir." Une dynamique qu’il a donc inaugurée en force via Twitter où, au-delà de ses posts, on peut également découvrir ses nombreux retweets autour des drames de Charlottesville.

Par Mehdi Omaïs, publié le 17/08/2017

Pour vous :