AccueilCinéma

Pourquoi la réalisatrice de Nomadland risque d’être censurée en Chine

Publié le

par Manon Marcillat

Chloé Zhao (Crédit Image : Les Films du Losange)

Certains internautes chinois voient en elle une "traîtresse".

Après un parcours sans faute et une standing ovation dans les festivals internationaux, le destin de Nomadland semble aujourd’hui s’obscurcir. En effet, on apprenait hier que David Snyder, l’ingénieur son du film, s’était donné la mort chez lui à New York suite à une longue dépression. La réalisatrice Chloé Zhao, première femme asiatique récompensée d’un Golden Globe, s’est également retrouvée ce week-end au cœur d’une polémique en Chine, qui pourrait compromettre la sortie du film dans son pays de naissance.

Nomadland, hymne à la gloire de hippies modernes sillonnant les États-Unis dans leurs camionnettes, est sorti vainqueur dimanche des Golden Globes, cérémonie dont les prix sont parmi les plus convoités du cinéma américain. Le long-métrage l’a emporté dans la catégorie phare du Meilleur film dramatique et Chloé Zhao, 38 ans, a reçu le prix de la Meilleure réalisatrice.

Née à Pékin mais installée aux États-Unis, Chloé Zhao est devenue la première femme asiatique de l’histoire des Golden Globes à être récompensée pour la réalisation d’un film. Elle est aussi la deuxième femme à être lauréate dans cette catégorie, après Barbra Streisand en 1984.

Le prix a suscité en Chine l’admiration en début de semaine, les médias du pays multipliant les articles élogieux à propos de "la réalisatrice chinoise", qualifiée de "fierté". Mais des propos attribués à Chloé Zhao dans un magazine américain en 2013, dans lesquels elle semblait critiquer son pays d’origine, ont ensuite fait surface.

La réalisatrice y affirme, dans une capture d’écran supposée de l’article, que la Chine est un "endroit où il y a des mensonges partout". Dans une autre interview qui a également circulé sur les réseaux sociaux, Chloé Zhao indique que "les États-Unis sont maintenant [son] pays" et ne possède plus de passeport chinois.

Censure dans l’empire du Milieu

Ce n’est donc pas le sujet du film qui pose problème dans l’empire du Milieu, mais les propos supposés de la réalisatrice, qui n’apparaissent d’ailleurs pas sur les sites des médias en question. Ils ont cependant provoqué un tollé en Chine, où Chloé Zhao était qualifiée samedi de "traîtresse" par certains internautes sur fond de nationalisme exacerbé. Le hashtag de Nomadland était quant à lui introuvable sur le réseau social Sina Weibo en raison d’une "violation des lois, règlements et politiques chinoises", mais les discussions autour du film et sa réalisatrice ne semblaient pas pour autant censurées.

La sortie de Nomadland en Chine est officiellement prévue le 23 avril. La date n’apparaît cependant plus sur les principales plateformes de cinéma du pays et la sortie du film y est désormais incertaine, a rapporté vendredi le magazine Variety. La Fédération chinoise du cinéma d’art et d’essai (NAAC) n’avait dans l’immédiat pas réagi à une demande d’information de l’AFP.

Si cette censure est problématique, elle est en réalité surtout symbolique puisque le box-office de Nomadland, avec son sujet très américain, aurait certainement était assez anecdotique en Chine. Le sort qui sera réservé à Eternals, la prochaine réalisation de Chloé Zao, est en revanche inquiétant. En effet, les films du MCU réalisent généralement de très bons résultats au box-office chinois et une seconde censure du travail de la réalisatrice serait donc très dommageable.

Konbini avec AFP

À voir aussi sur konbini :