Goodbye Horses, un court-métrage poétique qui offre une autre vision du snowboard

Réalisé par le snowboarder Niels Schack et le photographe Rémy Barreyat, ce film délicat nous offre un voyage contemplatif entre la France et le Kirghizistan.

Passionnés de glisse et d’images, Niels Schack, snowboarder professionnel depuis une petite décennie et réalisateur depuis quelque temps, et Rémy Barreyat, photographe et réalisateur dont les projets naviguent pour la plupart entre mode et skateboard, ont décidé d’allier leurs forces pour donner vie à Goodbye Horses, un court-métrage célébrant leur amour commun pour le snowboard, la nature et les voyages.

Publicité

Tourné entre Paris, le hameau de Vaussegrois (Nièvre) et la partie orientale du Kirghizistan, ce film de vingt minutes, qui rompt avec les traditionnels films de glisse, nous projette dans un espace-temps insaisissable, quasi abstrait, opérant des va-et-vient continus entre l’Himalaya, où l’on découvre à l’œuvre les snowboarders Sparrow Knox et 
Toni Kerkelä (accompagnés de Niels Schack), et l’esprit d’un père vieillissant qui passe ses journées auprès de sa jeune fille.

Ici, nul besoin de dialogues : les décors bruts, capturés par les deux Français, parlent d’eux-mêmes, encourageant le spectateur à imaginer les pensées secrètes des cinq protagonistes. Volontairement déconstruit, puisque nous trimballant tour à tour entre la beauté épurée des montagnes kirghizes et les rêveries de ce père nostalgique, le récit de Goodbye Horses est cependant guidé par la présence récurrente de nombreux et puissants chevaux, qui s’érigent ici comme le fil directeur et apaisant du film. Une ode à Dame Nature et à la jeunesse, qui cristallise également un sentiment éprouvé de tous : la difficulté de vieillir.

Publicité

À voir -> "_l o v e r s", la nouvelle vidéo hallucinante et hallucinée de Rave skateboards

Par Naomi Clément, publié le 03/04/2018

Pour vous :