AccueilCinéma

Ce court-métrage illustre l'obsession de notre génération pour Snapchat

Publié le

par Lucille Bion

( © Nikon Film Festival )

À trop vouloir faire le buzz sur les réseaux sociaux, Nina va en payer les conséquences. 

Premier plan : une ado fait une bouche en cul-de-poule devant son téléphone, décolleté grand ouvert, expliquant à coups de "oh my God" qu'elle se kiffe grave. Vous venez de faire connaissance avec Nina, ou plutôt #Ninalabiche sur Snapchat. Ce genre de fille clichée qui fait pitié avec ses story postées toutes les deux minutes pour attirer l'attention, faire le plus de vues possible et être reconnue à chaque fois qu'elle met un pied dehors.

Sanda Codreanu, qui joue l'héroïne de Je suis #UNEBICHE, reflète une réalité de notre génération, celle-là même qui est accro aux réseaux sociaux et qui perd le fil de la réalité, s'adressant davantage à ses followers qu'à des personnes en chair et en os. Noémie Merlan, la réalisatrice de ce court-métrage, a su se distinguer des autres participants de la compétition de la septième édition du Nikon Film Festival, qui cette année a imposé aux participants de titrer leurs travaux en commençant par "Je suis".

Après les mises en garde contre l'abus d'alcool et le fameux "arrête de loucher sinon tu vas rester bloqué", ce petit film machiavélique semble nous dire, avec beaucoup d'intelligence, qu'il ne faut pas abuser de Snapchat, au risque de le regretter comme Nina qui, obsédée à l'idée de devenir la reine du buzz, se retrouve coincée entre la réalité et le virtuel, avec son filtre de biche, ses yeux écarquillés et sa voix insupportable. Une triste mais formidable relecture du burlesque.