Coronavirus : grippé, le cinéma mondial accuse des pertes colossales

Et ça se compte en milliards de dollars.

Alors que le box-office mondial avait atteint des sommets en 2019 et battu un nouveau record avec 42,5 milliards de dollars de recettes cumulées sur l’année, 2020 débute sous de mauvais augure pour les salles obscures.

Tandis que le virus se propage dans le monde entier et que le nombre de victimes s’établit désormais à plus de 3 000 morts et 90 000 personnes infectées, des mesures sont prises en Chine, en Corée du Sud, au Japon mais également en Italie, les principaux foyers de contaminations.

Publicité

Si les conséquences de ce virus sont lourdes à tous les niveaux, le cinéma souffre également de ces différentes mesures de sécurité et devrait accuser des pertes colossales qui pourraient s’élever à 5 milliards de dollars.

Des fermetures de cinéma et des sorties reportées

En Chine, le deuxième plus gros marché pour le cinéma, 70 000 cinémas sont actuellement fermés. Fin février, le pays enregistrait 2 milliards de dollars de pertes dans l’industrie, selon The Hollywood Reporter qui publie un long papier sur le sujet.

Le virus s’est également propagé en Corée du Sud et au Japon, respectivement troisième et cinquième plus gros marchés pour le cinéma. En Corée du Sud, la vente de tickets a drastiquement chuté, rapportant 62 milliards de Won sud-coréens contre 189 milliards sur la même période l’an dernier. 

Publicité

En Italie, où 50 personnes sont décédées du virus, des mesures de confinement ont été prises dans le nord du pays. La moitié des cinémas du pays ont donc fermé. La semaine suivante, les revenus du box-office chutaient de 44 %. Avant la propagation du virus, le cinéma italien se portait étonnamment bien enregistrant un bon de 22 % de la fréquentation.

En France, écran noir également du côté de l’Oise et du Morbihan où 64 salles obscures ont fermé leurs portes. 

Mais au-delà de la fermeture des salles de cinéma ou de la réduction du nombre de projections, de nombreuses sorties sont également repoussées. Mulan, le nouveau remake en live action de Disney au budget de 200 millions de dollars ainsi que le dernier opus de la franchise James Bond avec Daniel Craig ont vu leur sortie chinoise repoussée. De leur côté, Disney et Pixar ont décidé de décaler la sortie de En Avant en Corée.

Publicité

Ces multiples reports auront également des conséquences à plus long terme, lorsque les programmateurs devront reprogrammer les différents films reportés et qui créeront de facto un embouteillage en salles. Sonic, Jojo Rabbit, 1917 et Little Women attendent notamment leur tour pour être projetés en Chine et les films plus confidentiels ne sortiront certainement pas indemnes de ces multiples déprogrammations. 

Des tournages en suspens

Côté tournages, la situation est délicate pour plusieurs productions majeures. Le tournage de Mission impossible 7 à Venise a été suspendu pour trois semaines face à la propagation du virus dans le pays. 

"Par souci de prudence pour la sécurité et le bien-être de nos acteurs et de nos équipes, et avec les efforts des autorités locales vénitiennes pour arrêter tout regroupement de personnes face à la menace du coronavirus, nous modifions le programme de production pour nos trois semaines de tournage à Venise", a rapporté un porte-parole de Paramount Pictures.

Publicité

Pour le moment, la sortie de Mission impossible 7 est toujours prévue pour le 23 juillet 2021.

Le tournage de Red Notice, le film aux 160 millions de dollars de budget réalisé pour Netflix avec Ryan Reynolds et Dwayne Johnson en tête d’affiche est également compromis par le virus meurtrier. Netflix réfléchirait à d’autres options de tournage, la majeure partie du long-métrage étant tournée dans des studios à Atlanta. 

Après des fausses rumeurs ayant circulé dans les médias, le tournage d’Astérix et Obélix : l’Empire du milieu réalisé par Guillaume Canet en Chine est finalement bien maintenu. Le tournage devrait débuter le 15 juin et pour 70 jours tandis que les prises de vues en Chine sont prévues pour septembre.

Des campagnes de promotion annulées et des festivals au sort incertain

Outre le tournage et le destin des films en salles, c’est toute la chaîne de production qui se voit bouleversée par le virus.

En amont de la sortie des films, de nombreuses tournées promotionnelles sont annulées par mesure de sécurité. Renée Zellweger qui vient de recevoir l’Oscar de la meilleure actrice et Saoirse Ronan ont toutes deux annulé leur venue au Japon pour la promotion de Judy et Little Women.

La promotion de Pinocchio, le nouveau film de Matteo Garrone, est également dans une mauvaise passe. Le réalisateur italien et son acteur principal Roberto Benigni ont annulé leur venue en France et une majorité de la presse française refuse de faire le déplacement à Rome. 

Côté festivals, les principaux studios maintiennent leur venue au CinemaCon à Las Vegas même si l’on compte plusieurs annulations chinoises. La grosse interrogation reste cependant sur le festival de Cannes.

Pour le moment, les organisateurs continuent d’avancer sur la préparation de l’évènement mais la Foire de Nice ayant été contrainte d’annuler sa tenue et le Mipim de Cannes reportant l’ouverture de ses portes, le maintien du festival est plus qu’incertain.

Lieu de rencontres internationales qui accueille près de 40 000 accrédités venus du monde entier, le festival de Cannes est également un important marché du film. Son annulation pourrait donc modifier considérablement le paysage cinématographique mondial dans les mois à venir.

Par Manon Marcillat, publié le 03/03/2020