Comprendre Ricky Gervais en 5 moments forts et surtout (très) drôles

Avec son discours sulfureux des Golden Globes, le comédien anglais a acquis une nouvelle notoriété. Mais c'est qui Ricky ?

Dimanche 5 janvier 2020, Ricky Gervais est une nouvelle fois présentateur de la cérémonie des Golden Globes. C’est la cinquième édition qu’il présente après celles de 2010 à 2012 puis celle de 2016. Le comédien avait annoncé que ce serait son dernier passage et l’écriture de son discours d’ouverture s’en est ressentie. Incisif et tapant sur le tout Hollywood, son speech au vitriol a fait le tour du monde avec une vidéo vue des millions de fois.

Publicité

Dans un monde de consensus et de censure devenue habituelle, les blagues d’un humour très sombre ressemblent à une bulle d’air pour de nombreux spectateurs, aux horizons d’ailleurs très divers. Bizarrement, en essayant juste de montrer qu’Hollywood n’était pas intouchable, Ricky Gervais a donné le discours le plus politique de cette cérémonie.

Mais en étant si fort, il minimise les causes importantes évoquées par les gagnants ensuite, donnant du grain à moudre aux réactionnaires du monde entier. Mais c’est le genre de Ricky Gervais, ne se donner aucune limite, ne placer aucune barrière au rire et faire face aux conséquences de la blague.

Ricky Gervais est donc partout, porté aux nues dans le monde entier mais peu connaissent vraiment son parcours et son œuvre. Il est pourtant nécessaire pour comprendre comment le comédien aborde son dernier discours et l’impact qu’il a sur Hollywood.

Publicité

Alors qu’il a gagné 300 000 abonnés supplémentaires sur Twitter en un jour, il est peut-être venu le moment de mieux connaître cette star de l’humour noir anglais qui vogue parmi les projets de comédie les plus ambitieux depuis 20 ans.

Tout commence dans un bureau

Publicité

The Office est devenue une série culte. Traitant de la vie de bureau en mode faux documentaire, ce programme de NBC a consolidé la carrière de Steve Carell en boss complètement lunatique mais a aussi révélé des comédiens comme Mindy Kaling, Craig Robinson ou Ed Helms. 

Cette sitcom devenue modèle du genre est à la base une série anglaise écrite et jouée par Ricky Gervais. Elle aura duré uniquement deux saisons sur BBC Two avec en plus trois épisodes spéciaux sur BBC One. Lors de sa première diffusion, il y a très peu de retours sur cette comédie à la forme compliquée et aux nombreux moments gênants.

Mais elle va devenir le plus gros succès de la comédie anglaise à l’international, vendue dans plus de 80 pays. Jusqu’à cette version américaine dont Ricky a supervisé les débuts. Au final, Steve Carell doit aussi beaucoup à Ricky, reprenant plus ou moins son rôle dans The Office. Le show se permettra d’ailleurs une rencontre entre les deux en 2011 pour le départ de Carell de la série.

Publicité

Le succès de ce The Office d’outre-Atlantique vaudra à Ricky un pont doré à la télévision US, notamment sur la chaîne HBO, ainsi que globalement dans la comédie américaine. La vie de bureau a rendu Ricky Gervais puissant.

Il est surtout connu pour un podcast devenu un show animé

Outre The Office qui n’a duré finalement qu’une douzaine d’épisodes, Ricky Gervais est principalement connu en Angleterre pour une émission de radio devenue un podcast pendant les années 2000. The Ricky Gervais Show va avoir de nombreuses vies, commençant par un show radio en 2001 qui sera repris en podcast en 2005.

Il sera d’ailleurs assez précurseur sur le format, étant le podcast le plus écouté au monde plusieurs semaines de suite en 2006. L’année suivante, il est carrément inscrit au Guinness des records mondiaux avec un score fou de 262 000 téléchargements par épisode. Fort de cet incroyable succès, HBO va récupérer les droits pour en faire un show télévisuel assez unique : une illustration animée des meilleurs moments de l’émission avec un côté cartoon complètement dans le contexte. Une aventure vraiment folle qui passera par tous les formats à partir de conversations sans réel but, si ce n’est d’être drôle. Et c’est bien l’essentiel.

Il a deux compères aussi marrants que lui

Pendant toutes les années 2000, Ricky Gervais n’est pas seul. Sur la conception de The Office et de The Ricky Gervais Show, il est accompagné d’un grand personnage atypique nommé Stephen Merchant. Avec un humour construit sur les mêmes ressorts, Stephen complète parfaitement Ricky et continuera à coécrire avec lui de nombreuses séries comme Extras ou Life’s Too Short.

Il a ensuite ses propres projets, également très bons mais un peu moins en vue comme la série Hello Ladies pour HBO qui sera terminée après une saison et un film spécial. Plus récemment en 2019, il a écrit et réalisé un film touchant sur le catch Fighting With My Family. L’autre atout dans la manche de Ricky, c’est Karl Pilkington. Cet ovni qui ne rigole jamais va être le personnage principal du Ricky Gervais Show jusqu’à devenir la star du programme An Idiot Abroad, récits de voyages complètement lunaires et uniques. Avec ces deux acolytes, Ricky Gervais a développé un sens de la comédie british totalement à part dont il est souvent autant l’instigateur que le public.

Son écriture est basée sur le rire dans la douleur

Dans toutes ses créations et notamment la dernière, After Life, Ricky Gervais développe un humour noir qui force à rire dans des situations extrêmes. After Life est une série diffusée sur Netflix qui traite du deuil, entre rire nerveux et dépression. C’est le talent de Ricky, il ne parle que de la mort, du vieillissement, du cancer.

Il commence très souvent ses blagues par : "De toute façon, on va tous mourir bientôt donc quelques blagues ne feront pas plus de mal." Pour Ricky Gervais, le rire n’existe que si on regarde la mort en face. Et toute son œuvre tient finalement dans cette priorité, ce décalage, cette provocation continuelle. Au final, dans toutes ses parodies et ses personnages mauvais, égocentrés ou complètement à côté de la plaque, Ricky Gervais touche la comédie humaine du bout des doigts. Mais au fond, il s’en fout. On va tous mourir. 

Il est aussi drôle dans la vie

Régulièrement, on découvre une interview d’un humoriste qu’on adore. Et on est déçu. Les comédiens sont rarement aussi drôles dans la vie que dans leur show. Chez Ricky Gervais, ce n’est pas le cas. Nombreux sont ses passages où il est complètement hilare, balançant vanne sur vanne de manière hystérique et sincère. Il n’y a pas beaucoup de calcul chez Ricky. Il y a de l’écriture, des situations mais la vie est présente à chaque instant, l’improvisation constante. Les exemples sont légion mais ce 60 minutes est un bon exemple. Ricky est dur, peut être méchant ou revanchard mais au fond, il est juste marrant et sympa. Et ça se voit. 

 

Par Aurélien Chapuis, publié le 07/01/2020