AccueilCinéma

Comment Benjamin Millepied a sublimé Dune de Denis Villeneuve

Publié le

par Paul Bled

Le danseur de renom a livré son expertise au talentueux cinéaste canadien.

Benjamin Millepied, l’illustre danseur et chorégraphe français, nous a déjà régalés en apportant son expertise sur le très beau Black Swan de Darren Aronofsky, réalisé en 2011. Dernièrement, il a mis son talent, à une échelle moindre, au service du titanesque Dune de Denis Villeneuve, sorti dans nos salles françaises le 15 septembre dernier.

Le désert d’Arrakis est une zone à haut risque où, en plus du soleil et du vent, d’étranges créatures peuplent le sol… Le simple fait de marcher peut vite tourner au drame avec ces gigantesques et impitoyables monstres, aussi appelés vers de sable. Le réalisateur a ainsi fait appel au chorégraphe de renom Benjamin Millepied pour imaginer une façon adéquate de se mouvoir sans alerter les vers de sable.

Frank Herbert, l’auteur américain du roman de science-fiction Dune, avait imaginé en 1965 une façon de duper la vigilance de ces terrifiants monstres en mettant en avant une façon bien spécifique de se déplacer : "Un pas… glisser… un pas… un pas… attendre… un pas…" Cette phrase a été l’unique base de travail du chorégraphe. Le cinéaste a confié à Entertainement Weekly :

"C’est un ami à moi, donc j’ai dit à Benjamin : 'J’ai besoin de quelqu’un pour imaginer une façon simple de marcher dans le désert sans déclencher quoi que ce soit.' On n’en voit qu’un aperçu dans ce premier volet, mais c’est vraiment un mouvement magnifique. C’est une manière de marcher dans le désert sans rythme, parce que si l’on marche à un certain rythme, cela attire les vers. Donc nous avons imaginé une marche qui imite le mouvement du sable et du son dans le désert. C’est une idée géniale de Frank Hebert et je voulais m’assurer qu’elle soit retransmise à l’écran." 

Les vers sont décrits comme pouvant atteindre jusqu’à 400 mètres de long et ne sont pas simplement là pour faire peur. En effet, Arrakis, une cité dans laquelle le commerce d’épices est primordial, tire avantage de ceux qui sont aussi nommés les "seigneurs du désert". Leurs larves, surnommées "truites de sable", sont d’importantes fournisseuses d’épices. N’en déplaise à Paul Atréides, incarné par Timothée Chalamet…

À voir aussi sur konbini :