Comment James Cameron et Harvey Weinstein ont failli en venir aux mains en pleine cérémonie des Oscars

C’était en 1998, et pourtant, James Cameron s’en souvient comme si c’était hier.

(© Ron Galella/Tim Boxer via Getty PS/Flickr CC)

À l’époque, alors qu’il venait représenter l’équipe de Titanic aux Oscars, le réalisateur canadien s’était méchamment frité avec Harvey Weinstein au cours d’une pause publicitaire. La cérémonie allant reprendre, les producteurs autour d’eux les avaient incités à se calmer ou, à défaut, à "aller en découdre dans le parking".

Publicité

Le réalisateur canadien (Aliens, Terminator, Avatar) concède qu’il aurait fait plaisir à de nombreuses personnes en affrontant le producteur de chez Miramax, dont la réputation de harceleur sexuel était déjà bien connue. Mais, à l’origine de l’embrouille, aucune question de ce type, mais plutôt le traitement réservé par Weinstein au réalisateur Guillermo del Toro.

"Je me souviens que j’ai failli me bagarrer avec Harvey Weinstein. J’étais prêt à le frapper avec mon Oscar", raconte James Cameron au magazine Vanity Fair dans une interview publiée dimanche.

Publicité

"Cela se passait dans le théâtre, et la musique avait commencé pour prévenir les invités qu’il fallait retourner s’asseoir sur leurs sièges.

Autour de nous les gens disaient 'non, pas ici, c’est pas l’endroit'.

Pour eux, c’était acceptable de se battre dans le parking, mais pas dans cette salle, alors qu’ils avaient lancé la musique et que le direct allait commencer."

D’après le réalisateur, le différend qui les opposait tenait à la façon dont Harvey Weinstein avait traité Guillermo del Toro au cours du film que ce dernier avait réalisé en 1997, Mimic, qui racontait l’histoire d’une épidémie de peste se répandant à New York par les cafards. "Harvey est venu me voir, fier de lui, ne cessant de se jeter des fleurs sur la façon dont il savait traiter les artistes. […] Et moi, je lui ai expliqué par A + B ce que je pensais de la façon dont il traitait les artistes, en me basant sur l’histoire de mon ami."

Publicité

Invité au British Film Institute de Londres, Guillermo del Toro, réalisateur mexicano-américain avait confié au public que sa collaboration avec Harvey et Bob Weinstein avait failli mettre fin à ses ambitions hollywoodiennes.

"Je dois vous le dire. Deux choses effroyables me sont arrivées à la fin des années 1990 : mon père a été kidnappé, et j’ai travaillé avec les frères Weinstein."

Publicité

À lire -> Au cœur d’un litige, le musée de la Photographie de Bruxelles devient "fusée de la motographie"

Par Matthew Kirby, publié le 27/11/2017

Pour vous :