AccueilCinéma

Pour son rôle de Gollum, Andy Serkis s’est préparé comme personne

Publié le

par Lucille Bion

"J’ai marché à quatre pattes pendant des heures dans des lieux publics pour préparer mon rôle de Gollum."

César, Kong, Baloo, Snoke, Gollum… Spécialiste de la motion capture – cette technique qui permet d’enregistrer puis de modéliser chaque mouvement et expression d’un acteur pour créer une créature numérique –, Andy Serkis est revenu sur son rôle phare du Seigneur des anneaux et du Hobbit dans une interview accordée au Guardian.

L’acteur explique qu’il a passé des heures hors du plateau à marcher à quatre pattes comme Gollum, autant dans des espaces privés que publics. S’il n’évoque pas de séances chez le kiné, Andy Serkis explique qu’il devait faire fi de sa dignité puisqu’il rencontrait des gens à quatre pattes et devait trouver une raison plausible pour être si près du sol à base de : "Oups, j’ai fait tomber un objet par terre, où peut-il bien être ?"

Lorsque l’acteur endosse pour la première fois le rôle de Gollum en 2001, il devait parfois jouer deux fois ses scènes à plusieurs mois d’intervalle pour filmer d’une part ses mouvements et ses interactions avec ses partenaires de jeu, puis ses expressions faciales. Cette performance physique lui a demandé de nombreuses heures de préparation pour se glisser dans la peau de cette créature aussi terrifiante que fascinante, comme il l’explique au média : 

"J’avais l’habitude de marcher à quatre pattes sur le plateau lorsque nous tournions 'Le Seigneur des anneaux'. J’ai passé beaucoup de temps à me préparer à cela. Je partais me promener à quatre pattes pendant des heures. J’étais parfois en contact avec d’autres personnes, alors je devais juste faire semblant de chercher quelque chose."

Gollum apparaît aujourd’hui comme le nourrisson d’un mariage artistique et technologique qui a radicalement transformé l’usage des effets spéciaux au cinéma. Sous la houlette d’Andy Serkis et Weta Digital, ce protagoniste incontournable de la pop culture a repoussé les innovations du CGI, apportant à Gollum de nombreux détails physiques qui font de lui plus qu’un monstre effrayant.

Une expérience déterminante

Bien qu’il ne cesse de marteler à la presse qu’il était passé à autre chose et ne reprendrait jamais ce rôle, Andy Serkis peut se targuer de ces prouesses qui lui ont permis d’accéder à une notoriété internationale :

"Je ne pense pas que j’aurais pu gérer le genre de renommée que le 'Seigneur des anneaux' m’a apporté si j’avais été plus jeune. J’avais presque 40 ans quand ça a explosé. Je suis reconnaissant que ce soit arrivé à ce moment. C’était une période extraordinaire, tant de choses ont découlé de cette expérience et que cela me plaise ou non, ce rôle m’accompagne au quotidien. Cela ne disparaîtra jamais."

Il est vrai qu’avec sa casquette d’acteur mais aussi de réalisateur, Andy Serkis a réussi à se réinventer et à se détacher de son personnage iconique, contrairement à l’industrie qui évoquait en septembre dernier une série centrée sur les origines de Gollum. On nous chuchote dans l’oreillette qu’Amazon serait en train de négocier avec la Tolkien Estate un projet dérivé sur le compagnon de voyage sournois et diabolique de Frodon et Sam. 

À voir aussi sur konbini :