( © Reservoir Dogs )

Tarantino célébré dans un show rock’n’roll à Los Angeles

"Son of a Preacher Man", "Stuck in the Middle With You", "Bang Bang"… Le cinéma de Tarantino trouve enfin sa place sur les planches d’un music-hall. Et bonne nouvelle : deux stars sont à l’affiche du show.

b

À Los Angeles, la série de comédies musicales For The Record, créée par Shane Scheel et Anderson Davis, va rendre hommage à l’œuvre de Quentin Tarantino du 12 au 15 juillet. Les places se sont vendues en 24 heures seulement après l’annonce des dates du spectacle par le Wallis Annenberg Center, où il sera joué.

Publicité

Après avoir mis en scène des hommages aux films de Baz Luhrmann, des frères Coen, de Paul Thomas Anderson, de Martin Scorsese et même de Robert Zemeckis depuis la création de la série musicale en 2010, les deux fondateurs ont choisi le 25e anniversaire du film Pulp Fiction pour se lancer dans l’écriture du spectacle.

Réalisateur incontournable, Mister T. est aussi un auteur qui utilise souvent la musique comme un discours parallèle. Il n’a d’ailleurs jamais caché y puiser son inspiration pour écrire une scène ou une histoire. Plus jeune, il a même avoué avoir commencé à faire des films dans sa tête en écoutant des BO. Devenu adulte, sa collection de disques s’est considérablement agrandie et c’est justement ce petit trésor qui lui permet maintenant de créer une ambiance si singulière.

On apprend aujourd’hui qu’Evan Rachel Wood, aka Dolores dans la série Westworld, et Reeve Carney, l’une des stars de Penny Dreadful, selon le Hollywood Reporter. L’actrice incarnera The Blonde Fox, un personnage inspiré de Mia Wallace, l’héroïne de Pulp Fiction et Beatrix Kiddo, celle badass de Kill Bill. Reeve Carney, quant à lui, se glissera dans la peau d’un protagoniste ressemblant (étrangement) à la fois au personnage de Vincent Vega dans Pulp Fiction et à celui du Dr. King Schultz dans Django Unchained.

Publicité

Un show rock’n’roll prometteur qui nous donnerait bien envie de traverser l’océan Atlantique à la nage !

Par Lucille Bion, publié le 27/06/2018

Copié

Pour vous :