AccueilCinéma

Le CNC crée un soutien pour aider le cinéma de genre français

Publié le

par Arthur Cios

Garance Marillier dans Grave, un des meilleurs films de genre français de ces dernières années (© Wild Bunch)

Une sorte de commission qui va aider trois projets par an, présidée cette année par Julia Ducournau (Grave) et avec Quentin Dupieux en vice-président.

Garance Marillier dans <em>Grave</em>, un des meilleurs films de genre français de ces dernières années. (© Wild Bunch)

Il n’y a pas à chipoter : le cinéma de genre francophone va de mieux en mieux. Plus reconnu par la presse généraliste, de meilleure qualité et vu par un public de plus en plus large, avec en tête de gondole l’excellent Grave, il semble que ces films longtemps peu considérés vont enfin être un peu plus pris en compte.

On apprend aujourd’hui en effet que le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) va créer un soutien pour les films de genre. Concrètement, cela prendra la forme d’une commission dirigée par un jury de professionnels. Ces derniers se réuniront tous les ans pour attribuer à trois projets un soutien de 500 000 euros chacun.

Cet appel à projet débutera le 18 juin prochain pour l’année 2018. Chaque année, un sous-genre sera mis en avant. Pour cette première édition, les projets porteront sur le fantastique, la science-fiction et l’épouvante. La commission de 2018 sera présidée par Julia Ducourneau, la réalisatrice de Grave, et aura en vice-président Quentin Dupieux. L’accent sera visiblement porté sur l’originalité du projet, mais aussi sur les "qualités narratives du scénario, la singularité des personnages et la recherche visuelle".

Frédérique Bredin, président du CNC, explique ainsi dans son communiqué :

"Le CNC a déjà manifesté son intérêt pour les films de genre en soutenant l’organisation de résidences d’écriture, nous franchissons une nouvelle étape en intervenant cette fois directement au stade de la production.

Cette nouvelle aide incitera, je l’espère, les créateurs à s’engager sur des voies insuffisamment empruntées dans le cinéma français : le film fantastique, le thriller ou encore la comédie musicale"

Une bonne nouvelle pour cinéma français — et le septième art de manière générale.

À voir aussi sur konbini :