AccueilCinéma

Cinquante nuances plus claires se voit interdit aux moins de 12 ans

Publié le

par Marie Jaso

Copyright Universal Pictures

Une association proche des catholiques traditionalistes a obtenu la suspension du visa d’exploitation du film.

© Universal Pictures

Le Monde rapporte aujourd’hui que la cour administrative d’appel de Paris a suspendu le visa d’exploitation du film Cinquante nuances plus claires, délivré en janvier 2018. Dans leur verdict rendu le 15 mars dernier, les juges ont estimé en effet que le long-métrage de James Foley "contient plusieurs scènes représentant des pratiques sexuelles à caractère sadomasochiste". Le rapport poursuit : 

"Si ces scènes sont simulées et relativement brèves au regard de la durée du film, elles sont traitées avec complaisance et sont susceptibles d’être perçues par un très jeune public comme décrivant des pratiques banales dans le cadre d’une relation amoureuse."

Le jugement fait suite à une requête en référé déposée par l’association Promouvoir, proche des catholiques traditionalistes, qui dénonçait une "promotion du sadomasochisme". Elle espérait ainsi voir le dernier opus de Cinquante nuances, sorti le 7 février, interdit aux moins de douze ans.

L’association avait formulé une requête similaire en 2015 en direction du premier volet de la saga afin d’obtenir un relèvement à 16 ans de l’âge d’interdiction, initialement fixé à 12 ans, mais elle sera déboutée. Cette fois-ci, André Bonnet, cofondateur de Promouvoir, a pu appuyer sa demande d’un nouveau décret prévoyant que les critères de classification des films soient évalués au regard "de la sensibilité et développement de la personnalité propres à chaque âge".

Estimant que "la ministre de la Culture a commis une erreur d’appréciation, au regard des exigences tenant à la protection de l’enfance et de la jeunesse", la Cour a accepté une classification plus sévère du film. Le ministère de la Culture – dont l’avocate a défendu "un conte de fées moderne" – devra verser 1 000 euros de dédommagement à l’association Promouvoir.

Cette dernière avait déjà eu raison de La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (attention à sa dernière création, Mektoub My Love…) et du film Love, réalisé par Gaspar Noé, interdit aux moins de 18 ans à sa sortie en 2015. Les moins de douze ans, quant à eux, ne manqueront pas grand-chose concernant le film Cinquante nuances plus claires.

À voir aussi sur konbini :