AccueilCinéma

Cinéma : la pellicule Kodak sera bien sauvée

Publié le

par Constance Bloch

Six grands studios américains ont enfin signé un accord avec Kodak pour sauver la pellicule, pour le plus grand bonheur des réalisateurs et des spectateurs.

Quentin Tarantino sur le tournage de "Jackie Brown"

L'été dernier, une belle brochette de réalisateurs de renom se mobilisait afin de sauver Kodak, l’ultime entreprise à fabriquer de la pellicule pour le cinéma, menacée de fermeture. Ainsi, Quentin Tarantino, Christopher Nolan, Judd Apatow ou encore J. J. Abrams avaient réussi à convaincre plusieurs grands studios de ne pas laisser mourir l’entreprise américaine fondée en 1881, et mise en faillite en 2012 avec une dette de 6,8 milliards de dollars.

Après des mois de lobbying, l’alliance de cinéastes a réussi à monter un accord entre des sociétés de production américaines – dont Universal, Paramount, Walt Disney, Time Warner ou encore Warner Bros – et le légendaire fabriquant, stipulant que chaque année les studios s’engagent à acheter un certain nombre de bobines Kodak, et cela indépendamment des besoins exprimés par les réalisateurs. Aujourd'hui, cet accord a finalement bel et bien été signé, rapporte Indiewire.

Jeff Clarke, le PDG de Kodak, a déclaré suite à l'annonce de la signature :

La pellicule a depuis toujours – et restera – une partie vitale de notre culture. Avec le soutien des studios, on va continuer à fournir de la pellicule pour le cinéma, avec son incomparable richesse et sa texture unique, afin de permettre aux cinéastes de raconter leurs histoires et de faire leur art.

Les cinéastes amoureux de la pellicule

"C’est un engagement très important, c’est certain. Mais je ne pense pas que l’on pourrait de nouveau regarder nos réalisateurs dans les yeux si on ne le faisait pas", avait confié au Wall Street Journal le légendaire Bob Weinstein, producteur – entre autres – des films de Tarantino, il y a quelques mois.

En effet, de nombreux cinéastes continuent d’affectionner et d’utiliser la pellicule pour leurs longs métrages. En août dernier, Martin Scorsese avait écrit une lettre ouverte enflammée dans laquelle il expliquait l'importance de laisser le choix de la méthode de tournage aux réalisateurs, pour qu'ils puissent continuer à s'exprimer et livrer de belles oeuvres.

Récemment, un grand nombre de films importants ont été tournés sur pellicule : Boyhood, The Grand Budapest Hotel, Interstellar, Foxcatcher... la preuve que cet accord entre les studios et Kodak était primordial. Colin Trevorrow annonçait en février dernier tourner le quatrième volet de la saga Jurassic Park en 35 et 65 mm, Quentin Tarantino en fervent défenseur de la bobine tourne en ce moment son Hateful Eight en 70mm, et J. J. Abrams va réaliser le prochain Star Wars en partie avec ce format.

À voir aussi sur konbini :