Un youtubeur a réduit des blockbusters aux répliques des acteurs non-blancs

Le but est de dénoncer le manque de représentativité dans ces longs-métrages : après ce traitement, des films de plusieurs heures finissent par durer à peine quelques minutes (voire secondes).

Pour célébrer la sortie récente du Black Panther de Marvel, l’un des rares blockbusters hollywoodiens avec une majorité d’acteurs et d’actrices noirs et métisses à l’affiche, l’acteur et dramaturge Dylan Marron a annoncé sur Twitter avoir repris sa série de vidéos YouTube intitulée "Every Single Word".

Cette série de vidéos, lancée il y a trois ans, montre à quel point les rôles des acteurs et actrices non-blancs dans les films hollywoodiens à gros budget se cantonnent généralement à quelques mots, bien loin des torrents de parole auxquels ont droit leurs collègues blancs.

Publicité

Traduction : "Il y a trois ans, j’avais réalisé une série de vidéos intitulée 'Every Single Word', dans laquelle je ne gardais dans les films à succès que les répliques des acteurs et actrices non-blancs. En l’honneur de Black Panther, je vais en partager quelques-unes ici à nouveau."

Des sagas à tiroir comme Harry Potter aux films oscarisés tels que Black Swan, le travail de Dylan Marron souligne la parcimonie des répliques laissées aux acteurs et actrices non-blancs dans les films hollywoodiens. Pour illustrer son propos, les vidéos ne gardent de ces films que les scènes où s’expriment ces acteurs. Le résultat est édifiant : des films de deux heures fondent comme neige au soleil pour ne durer plus qu’une minute (voire moins).

Publicité

Si quelques films passés au crible de la série parviennent péniblement à durer quelques secondes, d’autres comme Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi ou Into the Woods : Promenons-nous dans les bois deviennent carrément muets. Voilà qui nous offre un autre regard sur tous ces films cultes.

Traduction : "En tout, la saga Harry Potter dure 1 207 minutes. Les non-Blancs parlent pendant 5 minutes et 40 secondes. Soit 0,47 % du temps, réparti sur 12 personnages (et 13 acteurs) dont deux sont en images de synthèse. En moyenne, chacun de ces personnages s’exprime 28,33 secondes."

Publicité

Interviewé par le Washington Post, Dylan Marron est revenu sur les origines de sa démarche :

"L’histoire de ce projet, c’est qu’ayant grandi comme une personne de couleur en Amérique j’ai toujours été très conscient de ma différence, et j’ai toujours adoré le cinéma.

Je suis un grand cinéphile depuis l’enfance, mais en grandissant je n’ai jamais vu quelqu’un qui reflétait mon image au cinéma.

Je n’ai jamais vu de personnage qui me ressemblait, et je pense que lorsqu’on est jeune on n’a pas forcément les outils pour se demander pourquoi, ou pour penser à poser la question. On l’accepte juste comme une vérité."

Découvrez quelques-unes des vidéos de la série ci-dessous, et visitez sa page YouTube pour en découvrir plus :

Publicité

Traduit de l’anglais

Par Daniel Orubo, publié le 19/02/2018

Pour vous :