AccueilCinéma

Cette lampe se synchronise quand vous regardez un film d’horreur

Publié le

par Lucille Bion

Pour encore plus flipper.

Si le jump scare semble être l’ingrédient secret des films d’horreur vraiment flippants, une agence brésilienne a vu les choses en encore plus grand en se penchant sur les éléments extérieurs des films du genre. Alors que de nombreuses salles de cinéma sont fermées et que les plateformes voient leur nombre d’abonnés se multiplier depuis la pandémie, MullenLowe Brasil a bien compris qu’il fallait réinventer la salle de cinéma… chez soi.

Le trio de créatif André Havt, Daniel Scheiner et Fernando Christo a donc imaginé une lampe qui se synchronise avec le film que les spectateurs sont en train de regarder : la lumière s’allume et s’éteint selon le scénario, pour augmenter les frissons. Baptisée "Scary Lamp", cet éclairage intuitif est encore au stade de développement, comme le rapporte Creapills, mais pourrait bientôt voir le jour.

Dans la vidéo de présentation, on peut voir que la lampe a été pensée sous différents designs. Qu’elle soit minimaliste ou imaginée pour des salons plus classiques, elle saura se fondre parfaitement dans le décor pour ravir les amateurs de films d’horreur :

L’agence explique que chaque fois qu’une lumière clignote dans les films, la Scary Lamp clignote également, insufflant un effroi inédit dans la pièce. Avec une synchronisation millimétrée, cette lampe possède dix programmes différents pour offrir une immersion maximale. Selon le directeur créatif André Havt, cette lampe permet de "repousser les limites, élever le niveau d’expérience dans les films d’horreur et incorporer des sentiments surnaturels dans les foyers".

Au regard de la montée des courbes du nombre de cas Covid en France et les récentes décisions du gouvernement, les salles de cinéma ne sont pas près de rouvrir. Il faudra prendre son mal en patience pour voir un film qui vous donnera les mains moites et fera battre très vite votre cœur. Espérons que cette lampe arrive vite sur le marché.

À voir aussi sur konbini :