© Ghibli

Cet été, la Cinémathèque française organise une rétrospective 100 % studio Ghibli

Quinze films des studios Ghibli débarquent à la Cinémathèque cet été. Une rétrospective à ne pas manquer. 

© Ghibli

Isao Takahata est décédé il y a deux mois, à l'âge de 82 ans, laissant derrière lui plus de cinquante ans de carrière. Le réalisateur japonais est le cofondateur du célèbre studio d’animation Ghibli avec Hayao Miyazaki, et la Cinémathèque française de Paris a annoncé qu'elle allait mettre leurs œuvres à l'honneur.

Publicité

Du Voyage de Chihiro à Princesse Mononoké en passant par Kiki, la petite sorcière et Le Tombeau des lucioles, l'institution parisienne ultra-pointue a décidé d'organiser un été féérique en ressortant ces pépites de l'animation japonaise. La rétrospective est destinée au "jeune public", mais sachez que les adultes à l'âme d'enfant sont acceptés.

Comme l'a expliqué la Cinémathèque française, les films Ghibli appartiennent à un cinéma riche et dépaysant. Parfait pour l'été, donc : 

"C'est un cinéma 'météorologique' où le vent, la pluie et la tempête grondent, un cinéma où la mer se déchaîne, les arbres ploient, où les bateaux s'envolent. Ce sont des films dans lesquels les forces terrestres peuvent entrer dans de grandes colères contre les hommes qui dénaturent la planète.

Ce sont des aventures exaltantes peuplées de créatures magiques, fantastiques et fantomatiques, de princes des forêts et de princesses des océans, de jeunes sorciers, de poisson-petite-fille, qui tous affrontent les tempêtes, les orages, les esprits maléfiques et la guerre parfois, avec ténacité et un grand courage."

Publicité

Quinze films seront projetés sur la période du 10 juin au 25 juillet. Pour tous les détails de la programmation, vous n'avez qu'à cliquer ici. Par ailleurs, comme on vous l'a annoncé, Mon voisin Totoro ressortira ce mois-ci dans quelques salles de cinéma. Sorti en 1988 au Japon, le film est l'un des premiers succès de la maison japonaise et sa grosse créature poilue deviendra l'emblème du studio. 

Par Lucille Bion, publié le 08/06/2018

Copié

Pour vous :