C’est officiel : Mad Max : Fury Road aura droit à une suite

Après son Three Thousand Years of Longing, George Miller va bien s'attaquer à la suite de Mad Max : Fury Road.

En 2015, Mad Max : Fury Road marquait l’année cinématographique avec ses scènes d’action époustouflantes, ses plans dans un désert orangé magnifique, une bande de filles à ne pas chercher, un Tom Hardy divin et, plus concrètement, ses six oscars.

Publicité

George Miller, le créateur du Mad Max universe, a confié à Deadline en amont de la préparation de son prochain film, Three Thousand Years of Longing, avec Idris Elba et Tilda Swinton, qu’une suite de son dernier chef-d’œuvre était bien en préparation : 

"Je n’en ai pas fini avec l’histoire de Mad Max et je pense qu'on doit être multi-tâches, donc il y a aura certainement un autre Mad Max après cela. Nous sommes en train de le préparer pour l’instant."

Si Three Thousand Years of Longing semble faire le pont entre ses deux Mad Max, George Miller souhaite prendre son temps pour bâtir son nouveau récit, vaquant d’un projet à l’autre, histoire d’avoir les idées plus claires. 

Publicité

Après une grosse affaire judiciaire de la Warner à propos du tournage de Fury Road, dans laquelle l’équipe du film réclamait à la firme un bonus pour avoir réalisé le quatrième opus avec moins d’argent que prévu, les deux parties auraient trouvé un compromis pour continuer l’aventure, main dans la main.

Cet été, le cinéaste australien expliquait déjà qu’il était prêt à reprendre les commandes d’un cinquième film autour de la saga. Pour lui, deux personnages méritent d’être développés : Mad Max et Furiosa. En 2016, George Miller évoquait la possibilité de réaliser un prequel sur l’impératrice, l’équipière estropiée du héros, iconique par ses prouesses mémorables et explosives.

Contrairement à ce qui a été annoncé à cette époque, aucune image de ce projet n’a été tournée. On sait combien le cinéaste a galéré pour faire voir le jour à Mad Max : Fury Road, et il est fort possible que pour cette suite, il faille prendre son mal en patience. 

Publicité

Par Lucille Bion, publié le 09/12/2019