Dans 120 battements par minute. (© Céline Nieszawer)

Aux César, 120 battements par minute et Au revoir là-haut ont écrasé la concurrence

Ce vendredi 2 mars, deux films ont tiré leur épingle du jeu lors de la 43e cérémonie des César.

À ma droite, 120 battements par minute. Phénomène lors de sa diffusion au Festival de Cannes puis à sa sortie en salles, le film de Robin Campillo, qui raconte le combat des militants d’Act Up-Paris alors que le sida tue depuis près de dix ans, n’a peut-être pas gagné de Palme d’or mais aura convaincu l’Académie des César dans près de quatre domaines pour six César : la réalisation, le jeu (meilleur second rôle côté masculin et féminin, meilleur espoir masculin), l’écriture et la musique.

Publicité

À ma gauche, l’adaptation d’un best-seller, celui d’Au revoir là-haut par Albert Dupontel. Absent de la cérémonie par flemme de concurrence cinématographique, le réalisateur a tout de même profité de cinq récompenses entourant son film : s’il repart avec le César du meilleur réalisateur, il obtient aussi celui de la meilleure adaptation et des meilleurs décors.

Il est aussi à noter la très belle performance de Petit Paysan qui voit deux de ses acteurs être récompensés, que ce soit le César du meilleur acteur pour Swann Arlaud, comme le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Sara Giraudeau. Côté meilleur film étranger, c’est Faute d’amour qui remporte le César, face notamment à Dunkerque de Christopher Nolan.

Meilleur film : 120 battements par minute de Robin Campillo

Meilleur réalisateur : Albert Dupontel (Au revoir là-haut)

Meilleure actrice : Jeanne Balibar (Barbara)

Meilleur acteur : Swann Arlaud (Petit paysan)

Meilleure actrice dans un second rôle : Sara Giraudeau (Petit Paysan)

Meilleur acteur dans un second rôle : Antoine Reinartz (120 battements par minute)

Meilleur espoir féminin : Camélia Jordana (Le Brio)

Meilleur espoir masculin : Nahuel Perez Biscayart (120 battements par minute)

Meilleur film étranger : Faute d’amour du Russe Andreï Zviaguintsev

Meilleur film d’animation : Le Grand Méchant Renard et autres contes de Benjamin Renner et Patrick Imbert

Meilleur documentaire : I Am Not Your Negro de Raoul Peck

César du public : Raid dingue de Dany Boon

Publicité

Par Louis Lepron, publié le 03/03/2018

Pour vous :