AccueilCinéma

Ces scènes du Seigneur des Anneaux sont entièrement reprises d’un film d’animation de 1978

Publié le

par Aurélien Chapuis

Peter Jackson n’a jamais caché l’inspiration du film d’animation de Ralph Bakshi, totalement visionnaire à l’époque.

En 1978, Ralph Bakshi réalise le premier film d’animation sur la saga littéraire de J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux. Grand spécialiste de l’animation indépendante, on lui doit déjà les excellents Fritz The Cat, Heavy Traffic ou Wizards. Loin des grands studios d’animation à la Disney, Bakshi développe un goût pour la provocation et la contre-culture en décortiquant des sujets de société à travers la science-fiction, le récit de genre ou l’heroic fantasy.

Ralph Bakshi a découvert l’écriture de Tolkien au début de sa carrière et il y a tout de suite trouvé tous ses thèmes de prédilection. Ainsi Ralph avait déjà fait plusieurs tentatives pour produire Le Seigneur des Anneaux en tant que film d’animation avant que le producteur Saul Zaentz et le distributeur United Artists ne lui fournissent un financement.

Ce film très en avance sur son temps se distingue par son utilisation intensive de la rotoscopie, une technique dans laquelle les scènes sont d’abord tournées en direct, puis tracées sur des cellules d’animation. Cette tendance plus sombre et tournée vers la magie et l’heroic fantasy sera totalement reprise par Disney dans Taram et le Chaudron Magique en 1985 mais aussi 3 ans plus tôt par Don Bluth dans Brisby et le Secret de NIMH. Même l’animation en stop motion de Jim Henson et Frank Oz pour Dark Crystalen 1982 découle du succès de Ralph Bakshi avec sa vision des écrits de Tolkien, plusieurs années auparavant.

Mais l’inspiration la plus évidente est encore plus proche qu’on ne le pense. En effet, de nombreux cadres et scènes de ce film révolutionnaire de Bakshi ont servi de base d’inspiration pour Peter Jackson lors de l’élaboration de sa propre trilogie du Seigneur des Anneaux au début des années 2000, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus.

Cette inspiration flagrante, parfois plan par plan, est totalement assumée par Peter Jackson, notamment dans les bonus DVD de sa trilogie, il en parle comme d’un hommage. Pourtant, un peu déçu, Ralph Bakshi avait partagé sur Twitter le fait qu’il n’avait jamais eu de contact avec le réalisateur ni avant ni après la sortie du film. Il dit même qu’il aurait pu lui "envoyer une bouteille". Ralph Bakshi reste ainsi un des réalisateurs les plus sous estimés alors qu’il a influencé parmi les plus grands studios et cinéastes, animation ou pas.

À voir aussi sur konbini :