Ces 20 docus indispensables sont dispo en streaming

Du sport, du cinéma ou de la bouffe : faites vos choix.

Regarder des films ou des séries peut s’avérer plus difficile que prévu depuis le début du confinement pour certains d’entre vous. Comme si se concentrer sur une fiction était trop compliqué pendant cette drôle de période. La solution se trouve peut-être alors du côté du documentaire, qui peut être un bon refuge en cas de disette de fiction.

Que ce soit pour s’évader, pour être happé par une histoire dingue, ou pour en apprendre plus sur le monde qui nous entoure, il y a franchement de quoi faire. Il y en a une quantité industrielle sur YouTube ou sur les sites des chaînes (on pense ici à Kubrick by Kubrick sur Arte, par exemple). Mais toutes les plateformes de streaming, de Netflix à OCS en passant par Disney+, MyCanal, Amazon Prime ou même FilmoTV en présentent pléthore, et d’excellents même. 

Publicité

Nous nous sommes donc plongés dans leur catalogue pour vous pondre une sélection de 20 documentaires indispensables. Certains sont connus, d’autres non. Certains datent du siècle dernier, d’autres sont plus récents.

Il en manque sans doute (on aurait pu rajouter Icare, Fyre Festival, Homecoming, Senna, et tant d’autres). Et vous ne trouverez pas ici de séries documentaires, car c’est un objet différent, même si on ne saurait que trop vous en conseiller, que ce soit The Last Dance ou Tiger King, pour ne parler que des plus récents.

Mais il y a de quoi faire, et pour tous en tout cas. La preuve par 20.

Publicité

A.K. : Akira Kurosawa (MyCanal)

C’est tout simple : Chris Marker, l’un des plus grands cinéastes français, part faire un documentaire sur Akira Kurosawa, l’un des plus grands cinéastes de l’histoire, au moment où ce dernier part faire son nouveau long-métrage, Ran. Qu’est-ce qu’il vous faut de plus ? 

Publicité

American Factory (Netflix)

Premier fruit du partenariat entre la boîte de production des Obama et de Netflix, ce film a raflé l’Oscar du meilleur documentaire en 2020. Il faut dire que ce long-métrage sur le rachat de cette usine de pièces automobiles américaine fermée sept ans plus tôt par un milliardaire chinois, Cao Dewang, est une belle claque. Les employés américains découvrent alors une autre vision du management, créant des tensions inédites chez eux. Une forme de mondialisation inversée, en somme.

Publicité

Big in Japan (Amazon)

Drôle de mode, mais qui existe bel et bien : de plus en plus d’individus cherchent à devenir des célébrités au Japon (mais que au Japon). Plusieurs ont réussi. Cela a poussé David Elliot-Jones à essayer l’exercice, juste pour voir. En ressort un documentaire malin, drôle, qui brosse le portrait de tout un tas de ces célébrités et pose la question de ce qu’est la célébrité, pourquoi certains en raffolent, et comment elle peut nous déshumaniser. 

Les Bleus 2018 (Amazon)

Qu’elle semble loin cette époque où la France fêtait son incroyable victoire de la Coupe du Monde de Football. Où nous étions tous dans la rue pour célébrer ce moment quasi-unique. Si vous avez un petit coup de nostalgie, ou que vous aimez le foot mais que vous êtes passé à côté, vous pouvez toujours vous replonger dans cette compétition avec l’équivalent de 2018 du Les Yeux dans les Bleus, et passer deux heures aux côtés de Pogba, Varane, Griezmann et toute la clique. Difficile de ne pas lâcher sa petite larme.

Bueno Vista Social Club (MyCanal)

Wim Wenders, réalisateur allemand du culte Paris, Texas ou Les Ailes du Désir, trimballe une caméra à deux balles dans un Cuba des années 90 pour raconter la naissance d’un disque du Bueno Vista Social Club, quelques mois après la sortie de leur album culte. Fan du groupe, de Cuba, du cinéaste, ou grands curieux : foncez ! Un vrai bijou, qui fait d’autant plus de bien pendant cette période de confinement.

Cap sur le congrès (Netflix)

Une serveuse, une fille de mineur, une infirmière et une mère en deuil décident qu’il y en a marre de toujours voir les mêmes tronches et de se lancer en politique. Avec un flair incroyable, la réalisatrice Rachel Lears décide de suivre quatre candidates aux primaires démocrates américaines de 2018. Des outsideuses, nouvelles dans le milieu, et qui vont tout faire pour se faire un nom. On en sort outré (certaines défaites sont d’une injustice révoltante), mais avec un peu d’espoir. Et pour ça, il faudra remercier Alexandria Ocasio-Cortez, nouvelle grande star du parti, que l’on voit émerger de nulle part dans ce documentaire. Un document rare, et important donc.

Citizenfour (OCS)

Héros pour certains, traîtres pour d’autres. Reste que la figure d’Edward Snowden est l’une des plus importantes du début du XXIe siècle. Ce documentaire est l’un des plus importants témoignages car la réalisatrice Laura Patras a été contactée par l’intéressé pour venir, juste avant qu’il lâche "dans la nature" ses documents qui prouvent la surveillance de masse et abusive de la NSA. Un bout d’histoire, tout simplement.

Frank et Ollie (Disney+)

Au moment de la création de Disney, ce cher Walt s’était constitué un cœur solide d’animateurs, qu’on surnommera les "Nine Old Men". Parmi ces derniers, un certain Frank Thomas, et un Ollie Johnston, vont avoir un impact certain sur l’héritage de la firme aux grandes oreilles. Ce documentaire sur les deux artistes est un concentré d’anecdotes et d’histoires sur le Disney de l’époque, et il est parfait, qu’on soit un grand fan ou un néophyte.

Free Solo (Disney+)

Pas besoin d’avoir envie d’aventure ou de voyager pour devoir se plonger dans cette histoire incroyable d’Alex Honnold, un escaladeur qui décide de s’attaque à El Capitan en solo intégral — comprendre sans protection ni cordes le long de ces plus de 900 mètres de grimpe. Une claque visuelle, qui fout tantôt le vertige tantôt vous offre un shot d’adrénaline.

Le Funambule (FilmoTV)

Quelques années avant qu’un certain Robert Zemeckis transforme ce destin incroyable en biopic porté par Joseph Gordon-Lewitt, le commun des mortels avait découvert l’incroyable funambule français Philippe Petit grâce à ce documentaire incroyable — qui avait par ailleurs remporté lui aussi l’Oscar du meilleur documentaire lors de sa sortie en 2008. Avec une forme proche de la fiction, il vous permet de revivre son exploit le plus connu : la traversée sur un câble en acier reliant les toits des deux tours du World Trade Center en 1974. Difficile de ne pas avoir le vertige en revanche ; vous êtes prévenus.

Gaga: Five Foot Two (Netflix)

Des documentaires sur l’intimité de musiciens, il y en a des tonnes. Rien que sur Netflix, vous pourrez en retrouver un sur Taylor Swift, un sur le concert à Coachella de Beyoncé, ou même un sur Nekfeu. Mais l’un des plus intéressants est celui autour de Lady Gaga. Ce dernier raconte les quelques semaines où l’artiste bossait sur son album Joanne, mais aussi sur son live pour le superbowl, le tout en parlant de sa maladie, sa famille, la manière dont elle vit la célébrité. Un témoignage rare, qui vaut le coup d’œil.

La Grande Prairie (Disney+)

Si vous voulez grignoter un petit bout d’histoire avec un docu comme on en fait plus, Les Grandes Prairies devrait être votre priorité. Sorti en 1954, le film décrit ce qu’on appelle les grandes prairies du Midwest sauvage, qui disparaissent. Entre son message écolo, l’utilisation de la technique du dessin animé que Disney commence à maîtriser pour faire des transitions, ou encore son montage souvent drôle, et son Oscar récolté la même année, il y a peu de raisons de passer à côté !

L’histoire de Pixar (Disney+)

Du grand-père George Lucas aux papas Steve Jobs et John Lasseter, l’histoire du studio désormais culte, Pixar, est jonchée de grands noms de notre histoire récente. Un destin dingue, raconté parfaitement dans ce documentaire débordant d’anecdotes et d’images d’archives, parfait que vous soyez un néophyte ou complètement ignorant du parcours de Pixar — le film, sorti en 2006, s’arrête sur la concoction de Cars (malheureusement, pas la meilleure production du studio).

Jim and Andy (Netflix)

Man on the Moon est un film culte pour nombre d’entre vous. Normal. Jim Carrey délivre l’une de ses meilleures prestations, en incarnant l’humoriste Andy Kaufman devant la caméra de Milos Forman. Sauf que l’envers du décor est presque aussi fascinant. Ce documentaire revient sur la création dingue de cette œuvre, avec un acteur qui ne sort plus de son rôle, et ce même acteur qui, des années plus tard, prend du recul sur sa profession et ce que représente "être un acteur". Indispensable. 

Le mème américain (Netflix)

Une des forces du documentaire est de montrer et témoigner de l’époque dans laquelle on vit. Aussi triste que ce soit, c’est exactement ce que fait ce documentaire, qui se concentre sur la figure de l’influenceur. En interviewant des stars du milieu (Paris Hilton, Emily Ratajkowski, DJ Khaled, etc.), on saisit mieux tout ce qui se passe de l’autre côté de ces comptes Instagram, de la solitude de ces personnes en manque de reconnaissance, et de tous les secrets de ces soi-disant "vies de rêve"

Les Sorcières à Hollywood (OCS)

Du monstre au chapeau pointu et au nez crochu à la figure de séductrice, il s’agirait d’un bel euphémisme que de préciser que la figure de la sorcière a bien évolué au fil des années. Ce documentaire signé Sophie Peyrard retrace cette métamorphose effectuée du côté d’Hollywood, et c’est franchement fascinant.

Tickled (Netflix)

Un journaliste tombe sur une compétition de chatouilles. Trouvant ça assez drôle, il commence à creuser. Et autant dire que vous n’êtes pas prêts pour ce qui va suivre — on préfère ne pas vous spoiler, car ce qui fait le charme de ce docu, c’est bien la direction très surprenante (et glauque) que prend l’enquête. L’un des meilleurs documentaires disponibles sur la plateforme, de loin !

La Terre à plat (Netflix)

Il y a quelque chose de fascinant chez les complotistes, chez ceux persuadés de connaître la vérité et de savoir qu’on vit dans un mensonge institutionnalisé. Sans jamais s’en moquer (au contraire), ce documentaire se concentre sur l’une des théories les plus en vogue en ce moment, le platisme (selon laquelle la Terre est plate, en gros), à travers plusieurs groupes de croyants, et délivre un témoignage sur leur quotidien, et leur motivation — leur besoin d’appartenir à un groupe, de refuser la vérité tel quelle. Déjà culte.

Voyeur (Netflix)

Gay Talese est un journaliste américain légendaire, l’un des pontes du nouveau journalisme. Mais l’une de ses plus grandes enquêtes aura mis plus de 30 ans à voir le jour. Car un beau jour, après la sortie d’un article maintenant célèbre sur la sexualité américaine, il reçoit une lettre d’un gérant d’un motel qui dit être voyeur et regarder ses clients à travers les grilles d’aération. Talese mettra 30 ans à sortir son récit car il tenait à avoir l’intéressé à découvert, et le documentaire raconte la difficulté de l’entreprise, tout en dévoilant le fond de l’histoire. Passionnant, de A à Z.

Weiner (Netflix)

Parfois, on lance un projet sans se douter de l’ampleur que la chose prendra. Ici, les réalisateurs ont voulu suivre la campagne d’Anthony Weiner pour la mairie de New York, deux ans après sa démission de son poste de député suite à des fuites de photos compromettantes de relations sexuelles avec d’autres femmes que celle avec qui il est marié. Mais en plein milieu de la campagne, d’autres fuites se produisent. En résulte un documentaire incroyable, récompensé partout et encensé de tous. 

Par Arthur Cios, publié le 30/04/2020