( © Les films du Losange )

Ce qu’il faut savoir sur La Douleur, le film choisi pour représenter la France aux Oscars

La Douleur, le dernier film d’Emmanuel Finkiel a été désigné par la traditionnelle commission pour représenter la France aux Oscars. Verdict début janvier pour savoir s’il sera retenu par l’Académie.

"La commission chargée de désigner le film qui représentera la France à l’Oscar 2019 du meilleur film en langue étrangère vient de désigner La Douleur d’Emmanuel Finkiel, d’après l’œuvre de Marguerite Duras, avec Mélanie Thierry et Benoît Magimel." a fièrement annoncé le CNC dans un communiqué publié le 21 septembre.

Publicité

Le film français sorti en début d’année, le 24 janvier, aura fait près de 200 000 entrées. Pour ceux qui n’ont pas pu découvrir le film en salles, voici 4 choses à savoir avant de s’installer devant son écran, et savourer la cérémonie annuelle qui se tiendra le 24 février 2019 à Los Angeles, aux États-Unis.

#1. La Douleur, choisi face à 4 films

Comme chaque année, la France doit soumettre 5 films à la commission chargée de désigner le film qui représentera le pays aux Oscars. Si La Douleur vient d’être désigné pour tenter de décrocher la statuette dorée du Meilleur film en langue étrangère, quatre autres films avaient été évoqués.

Parmi les évincés de la liste, se trouvait notamment Jusqu’à la garde, le premier film choc de Xavier Legrand. Coup de cœur de la presse et du public, cette claque sur les violences conjugales avait pourtant tout pour être le grand favori. Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret et Climax de Gaspar Noé qui viennent tous deux de sortir au cinéma avaient également été mis en avant. Enfin, on notait aussi la présence des Quatre Sœurs de Claude Lanzmann.

Publicité

#2. Mélanie Thierry dans l’un de ses plus beaux rôles

Si La Douleur est porté par Mélanie Thierry, on retrouve aussi Benjamin Biolay et Benoît Magimel à l’écran. La presse s’accorde à dire que l’actrice trouve ici l’un de ses plus beaux rôles. Elle incarne Marguerite Duras, la célèbre écrivaine et résistante durant l’Occupation allemande.
 

Publicité

Elle est tiraillée entre la peur de ne plus revoir son mari Robert Antelme (Emmanuel Bourdieu), une figure majeure de la Résistance et sa liaison avec Dyonis (Benjamin Biolay). Elle se lie alors avec Pierre Rabier (Benoît Magimel), un agent travaillant à la Gestapo pour retrouver son mari. Mélanie Thierry qui s’est déjà illustrée dans Zero Theorem de Terry Gilliam ou Au revoir là-haut d’Albert Dupontel nous entraîne ici dans un beau récit sur l’absence.

#3. Adaptation du récit autobiographique de Marguerite Duras

Emmanuel Finkiel s’est plongé dans le roman éponyme de Marguerite Duras publié en 1985 pour livrer une adaptation assez libre en se concentrant sur les premiers chapitres. Son œuvre publiée en 1985 raconte l’attente insupportable de son mari. Lorsqu’elle le retrouvera moribond au camp de Dachau elle le soignera et veillera sur lui tout en retranscrivant précisément son quotidien sur papier.

Le cinéaste a d’ailleurs confié qu’il ne voulait surtout pas faire de son vécu un biopic.

Publicité

(© Les films du Losange)

#4. Déjà 2 prix

Présenté en avant-première au Festival du film francophone d’Angoulême et Arras Film Festival en 2017, La Douleur a réuni au total plus de plus de 350 000 spectateurs. Pour sa prestation poignante, Mélanie Thierry a reçu le Swann d’Or de la meilleure actrice lorsque le film a été présenté au Festival de Cabourg. Le cinéaste, en ce qui le concerne, a également décroché le prix du Meilleur scénario adapté d’une œuvre littéraire.

Si le film a été sélectionné, cela ne signifie pas qu’il sera retenu par l’Académie des Oscars. Il faudra attendre le mois de janvier pour découvrir quels films concourront à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.
 

Par Lucille Bion, publié le 24/09/2018

Pour vous :