AccueilCinéma

Pourquoi Captain America : Civil War est l'un des meilleurs films Marvel

Publié le

par Arthur Cios

Des super-héros qui se foutent sur la tronche, l'arrivée de deux nouveaux personnages, deux heures et demie d'action, un peu d'humour : le nouveau Captain America a tout d'un très bon Marvel, et même plus.

[#SpoilerAlert, cet article contient BEAUCOUP d'éléments clés de l'intrigue du film Captain America : Civil War et des comics liés à Civil War]

C'est peu dire que j'attendais ce Captain America : Civil War avec impatience. Je me considère comme un fan de Marvel et, même si je n'ai pas lu énormément de comics, les différents volets de Civil War m'ont marqué comme peu d'autres, notamment par l'ampleur de l'entreprise et ses conséquences.

On sait bien que l'Univers cinématographique de Marvel (MCU) s'éloigne globalement des aventures dessinées, d'autant que la plupart des personnages de Civil War n'existent pas (encore) sur grand écran. Mais qu'importe. Sur le principe, ce Captain America devait être aussi grandiose et audacieux que sa version de papier. Retour en quatre points sur ce mastodonte.

Oui, le nouveau Spider-Man assure

Je ne vais pas mentir, j'étais de ceux à cracher en premier sur le choix de Tom Holland pour interpréter Spider-Man. C'est que l'homme araignée est mon personnage préféré toutes catégories confondues. Passer après Tobey Maguire et Andrew Garfield étant sacrément compliqué, je sentais la catastrophe pointer son nez. Et pourtant...

Le film tire un large avantage de la présence de ce Peter Parker 3.0, jeune lycéen déconneur qui ne comprend rien à ce qui se passe. Le sujet du long-métrage est tout de même sérieux et ce personnage débarque, amenant avec lui énormément de légèreté avec son humour bien calé. C'est simple, ce Spidey apporte une fraîcheur presque inédite au MCU, volant au passage la vedette au vrai perso secondaire mis en avant dans le film, Black Panther.

C'est un vrai épisode de Captain America et pas un Avengers bis

Captain America : Civil War n'est pas une pâle copie, et a bien son identité propre. Ce n'est pas parce qu'on a 12 super-héros à l'écran qu'il s'agit d'un Avengers. Le principe de cette équipe de super est d'être unis contre un ennemi commun. Alors certes, on voit à plusieurs reprises les Avengers ensemble, mais ce n'est pas le cœur de la chose.

La baston incroyable de presque 20 minutes sur le tarmac de Leipzig, certainement la scène la plus iconique de ce nouveau volet, offre la démonstration de la division des vengeurs (6 contre 6, en gros). A contrario, la scène la plus connue du premier Avengers est celle où les héros combattent tous ensemble à New York, tandis que du deuxième, Avengers : Age of Ultron, on retient celle de la lutte finale contre les sbires robotisés d'Ultron. On voit donc clairement la différence.

Outre l'opposition entre les super-protagonistes, l'autre élément central du film est Bucky, le best buddy de Cap. Ce dernier était déjà important dans le premier film sur Steve Rogers, et complètement au cœur du deuxième. De même, les vilains, Crossbones et Zemo, sont tous deux issus de l'univers de Captain. Donc même si ce film permet de voir nos personnages préférés ensemble, ce n'est pas un Avengers bis, mais bien une aventure de Captain America.

Derrière les méchants, des questions politiques

Petit récapitulatif de tous les éventuels vilains de ce long-métrage : Iron Man et Captain, qui ne peuvent selon moi être considérés comme des "méchants", le premier est simplement rongé par la culpabilité puis par une soif (peut-être un poil) légitime de vengeance, et le deuxième reste dans ses clous en protégeant son pote Bucky ; Crossbones, qui est réduit à un élément purement scénaristique destiné à faire culpabiliser les Avengers et légitimer les accords de Sokovie, et disparaissant après 20 minutes de film.

Puis vient Zemo, the big bad guy, somme toute décevant. C'est lui qui fait monter la sauce entre Cap et Stark, et qui fait passer Bucky aux yeux de tous pour la pire des enflures. Dans le comics, il est l'une des figures les plus importantes de l'univers entourant Steve Rogers. Mais ici, le nazi est réduit à un personnage mineur, un ancien soldat de Sokovie plutôt mal écrit, sans charisme, accouchant d'un plan hyper-complexe de manière un peu inexplicable...

Le plus intéressant au final, ce n'est pas le plan de Zemo ou autre, mais bien les questions soulevées par cette machination, par ces accords : plusieurs fois, Steve Rogers émet des doutes sur la notion de responsabilités, et surtout du fait de devoir rendre des comptes. Que faire si un État demande aux Avengers d'aller résoudre un conflit dont ils ne devraient pas se mêler, ou inversement ? Comment savoir que les intentions seront toujours les bonnes ? Si la question est moins centrale que dans les bouquins, et qu'elle est in fine un peu éclipsée par le conflit entre entre Stark et Cap, elle maintient ce climat de manque de confiance au monde politique déjà instauré dans Captain America : The Winter Solider et soulève des enjeux rarement présents dans ce genre de blockbusters.

Des scènes d'action d'anthologie

Certes Zemo n'est pas réussi, mais le fait est qu'il s'agit probablement du seul point décevant. En réalité, jamais Marvel ne nous avait balancé un film aussi fou. Les scènes d'action sont impeccables, parfois voire souvent originales, les chorégraphies parfaites, et représentent vraiment ce qu'on attend d'un film de cette ampleur.

Et surtout, on y retrouve également pas mal d'humour avec des dialogues rarement lourds, des jeux d'acteurs toujours aussi bons, notamment du côté de Chris Evans, et des références plus ou moins pointus pour les fans — Star Wars V, l'arrivée de Giant Man, Ant-Man sur la flèche d'Hawkeye, ou encore la relation ambiguë entre Vision et la Sorcière rouge (dans la version dessinée, ces derniers sont en couple), pour ne citer qu'eux. Il y aurait tant à dire ...

Bref, ce Civil War est très probablement ce que Marvel peut faire de mieux. En attendant de voir ce que le prochain Avengers en deux volets donnera.

À lire aussi -> Quiz : à quel point connais-tu l’univers ciné de Marvel ?

À voir aussi sur konbini :