AccueilCinéma

Box-office : la réouverture des salles en France est un (gros) succès

Publié le

par Arthur Cios

Et le meilleur démarrage est attribué à…

Après plus de sept mois de fermeture, les cinémas ont attiré plus de 300 000 spectateurs pour leur réouverture mercredi, autant qu’un mercredi "classique" d’avant la pandémie, sans jauge ni couvre-feu, a indiqué le spécialiste du box-office Comscore à l’AFP. Variety raconte qu’il s’agit, par exemple, du même score qu 'en 2019, lorsque venaient de sortir en salle John Wick 4 et le Aladdin en live action.

Au total, environ 305 000 cinéphiles ont retrouvé le chemin des salles, montrant que "les spectateurs ont voté avec leurs pieds" pour le cinéma après ces mois de fermeture, a déclaré Éric Marti, le patron de Comscore en France. Il s’agit en l’occurrence de la meilleure réouverture d’Europe, tout simplement.

La performance est d’autant plus notable qu’une jauge d’un siège sur trois est appliquée dans les cinémas et qu’il n’y a pas de séance du soir en raison du couvre-feu à 21 heures. Il faudra attendre quelques jours pour voir si la tendance se confirme, mais les nombreuses sorties à venir, dont les films oscarisés The Father (26 mai) ou Nomadland (9 juin) suscitent l’espoir, a ajouté M. Marti.

Du côté des nouveautés, c’est le jeune public qui tire la fréquentation en ce mercredi : le film d’animation basé sur un anime culte Demon Slayer a attiré 58 500 spectateurs dès le premier jour. Ce dernier avait déjà explosé les scores du box-office en Asie il y a quelques semaines. Il est ainsi devant Tom et Jerry et ses 34 388 spectateurs. Mandibules de Quentin Dupieux est troisième avec 22 140 spectateurs, selon Comscore. Le film de SF français de Romain Quirot, Le Dernier Voyage, qui a une production disons houleuse, récolte lui 8 010 entrées pour son premier jour.

Du côté des reprises, Adieu les cons d’Albert Dupontel, couronné par sept César, fait aussi bien qu’à sa sortie avant le dernier confinement (62 929 entrées), devant ADN de Maïwenn (18 102) et Drunk, Oscar du Meilleur film étranger, du Danois Thomas Vinterberg (14 490).

De quoi avoir un peu d’espoir pour la suite, et pour la sortie de blockbuster hollywoodiens que les studios n’auraient plus peur de sortir au vu du contexte.

Konbini avec AFP

À voir aussi sur konbini :