AccueilCinéma

Dans une vidéo, Borat félicite Donald Trump, et ça vaut le détour

Publié le

par Manon Marcillat

Pas sûr que ça plaise au président américain.

Pour teaser Borat: Gift of Pornographic Monkey to Vice Premiere Mikhael Pence to Make Benefit Recently Diminished Nation of Kazakhstan, la suite de Borat: Cultural Learnings of America for Make Benefit Glorious Nation of Kazakhstan, Sacha Baron Cohen, aka Borat, a publié une vidéo de soutien au président américain.

Dans la séquence, diffusée via le compte Twitter @KazakhstanGovt, il félicite Donald Trump pour avoir élevé le premier débat des présidentielles américaines qui a eu lieu hier soir, contrairement à Joe Biden, "qui force les Américains à porter des masques".

Amazon Prime Video, qui multiplie les bonnes acquisitions, a acheté la suite de Borat et devrait la diffuser avant l’élection présidentielle américaine du 3 novembre, a appris l’AFP mardi de source proche de l’accord. En 2006, le film très politiquement incorrect avait fait sensation et empoché plus de 260 millions de dollars. Il avait même été sélectionné aux Oscars pour le Meilleur scénario.

Dans cette comédie mêlant humour potache en dessous de la ceinture et critique au vitriol de la société américaine, Sacha Baron Cohen se faisait passer pour Borat, journaliste kazakh nigaud et arriéré, mais grand admirateur des États-Unis, qui entreprend de tourner un documentaire sur ce pays.

Depuis Borat, Sacha Baron Cohen s’est fait une spécialité de piéger des anonymes ou des célébrités en campant différents personnages, du prétendu rappeur Ali G à l’animateur homosexuel autrichien Brüno. En 2018, il avait repris ce concept dans une émission qui avait fait scandale, Who Is America?, dans laquelle il mettait dans l’embarras diverses personnalités politiques.

Il avait ainsi provoqué la démission d’un élu de Géorgie qu’il avait piégé en se faisant passer pour un expert israélien de la lutte antiterroriste, le poussant à proférer des insultes racistes et à se mettre fesses nues pour intimider un preneur d’otages. Sarah Palin, candidate à la vice-présidence américaine et cible fréquente des médias, avait elle aussi été victime de ses impostures et avait dénoncé l’humour "maléfique et pervers" du comédien britannique.

La suite de Borat a été tournée cet été avec une équipe réduite dès que les restrictions liées à la pandémie de coronavirus ont été assouplies aux États-Unis et ailleurs. Sacha Baron Cohen tient également l’un des rôles principaux dans le film Les Sept de Chicago, qui sort sur Netflix en octobre.

À voir aussi sur konbini :