Dane DeHaan et Cara Delevingne (© EuropaCorp)

Depuis le début de l’année, le box-office français se porte plutôt bien

Au cours des sept premiers mois de l’année, les recettes des salles françaises se maintiennent par rapport à la même période en 2016.

Dane DeHaan et Cara Delevingne dans Valérian et la Cité des mille planètes de Luc Besson. (© EuropaCorp)

Alors que le dernier film de Luc Besson, Valérian et la Cité des mille planètes, fait un score remarqué au box-office français (en dépassant les trois millions d’euros de recette en à peine trois semaines, se plaçant directement à la deuxième place du meilleur démarrage de 2017), d’autres productions font les beaux jours de l’industrie cinématographique tricolore. Probablement frappé par les exemples de grands blockbusters français que sont Valérian et la série des Moi, moche et méchant (le film de Luc Besson ayant raté son ambitieux pari à l’international, et les aventures de Gru et de ses minions étant devenues la franchise animée la plus rentable de tous les temps), Variety s’est attelé à la tâche de faire les comptes.

Publicité

Et si, par rapport à l’année dernière à la même période, le magazine constate une légère baisse de 1,7 % des bénéfices, les salles de cinéma ont encore de beaux jours devant elles. Il faut dire que 2016 fut une année en or pour les salles de l’Hexagone. En l’espace d’un an, la France avait enregistré son deuxième plus grand rendement au box-office des 50 dernières années, avec 1,39 milliard d’euros et 213 millions d’entrées, grâce à un mélange de blockbusters américains et de grosses productions françaises – principalement des suites de franchises populaires, comme Les Tuche 2 et Camping 3.

Quand bien même les films US dominent les recettes de cette année, les parts de marché des films français et américains restent constantes par rapport à l’année dernière, avec 34,7 % pour les films made in France et 52,6 % pour les films hollywoodiens. Cet équilibre ne devrait pas beaucoup bouger pour le reste de l’année, au vu des prochaines sorties. Côté américain, on retrouvera à l’affiche les très attendus Mother ! de Darren Aronofsky (13 septembre), Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve (4 octobre), Justice League de Zack Snyder (15 novembre), et enfin Star Wars : Les Derniers Jedi (le 13 décembre).

Mais le cinéma français n’a pas dit son dernier mot. Prochainement, la sortie du long-métrage Au revoir là-haut d’Albert Dupontel (25 octobre) ou encore 120 battements par minute de Robin Campillo (le vainqueur du Grand Prix lors du dernier Festival de Cannes), devraient potentiellement attirer les foules.

Publicité

Par , publié le 16/08/2017

Pour vous :