Patrick Dewaere, Miou-Miou et Gérard Depardieu dans Les Valseuses (© AMLF)

Gérard Depardieu va retrouver Bertrand Blier pour son prochain film

Le célèbre réalisateur français a retrouvé son acteur fétiche pour son prochain film.

Patrick Dewaere, Miou-Miou et Gérard Depardieu dans Les Valseuses. (© AMLF)

On ne l’avait pas vu depuis 2010, et Le Bruit des glaçons, sa drôle de comédie noire où Jean Dujardin reçoit la visite de son cancer, interprété par Albert Dupontel. Mais 2018 sera bien l’année du retour de Bertrand Blier, célèbre réalisateur français de 78 ans à qui l’on doit un paquet de pépites. Et il veut faire ça bien.

Publicité

On apprend aujourd’hui, à travers une première photo, que le tournage de son nouveau long-métrage, Convoi exceptionnel, a démarré en Belgique, à Etterbeek plus précisément, et se terminera le 29 mars prochain. On y retrouvera Christian Clavier, Édouard Baer mais surtout Gérard Depardieu, grand habitué de Blier à qui il doit le film qui a propulsé sa carrière, Les Valseuses, en 1974.

La collaboration entre ce dernier et le cinéaste est assez conséquente — on pense notamment à Buffet froid, Tenue de soirée, Merci la vie, Combien tu m’aimes ou encore Préparez vos mouchoirs, film qui a reçu d’ailleurs l’Oscar du meilleur film étranger de 1979. Par ailleurs, c’est également la première fois que le trio d’acteur rejoue ensemble depuis le culte Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d’Alain Chabat sorti en 2002.

Côté synopsis, on est sur un flou particulier : "Foster rencontre Taupin. Le premier est en pardessus, le deuxième en guenilles. Tout cela serait banal si l’un des deux n’était en possession d’un scénario effrayant, le scénario de leur vie et de leur mort. Il suffit d’ouvrir les pages et de trembler…" Voilà.

Publicité

Il faudra s’armer d’un peu de patience avant d’en savoir plus sur ce projet qui a de quoi nous séduire, pour une sortie annoncée par BX1, média bruxellois, à janvier prochain. D’ici là, vous pouvez toujours vous replonger dans la filmographie du réalisateur.

Par Arthur Cios, publié le 22/02/2018

Pour vous :