AccueilCinéma

Après avoir tourné avec Woody Allen, Rebecca Hall reverse son salaire à Time’s Up

Publié le

par Lucille Bion

( vicky Christina Barcelona © Warner )

Rebecca Hall, qui a explosé dans Vicky Cristina Barcelona, vient de tourner un autre film avec Woody Allen, accusé d’agression sexuelle sur sa fille adoptive. Avec l’affaire Weinstein, l’actrice a finalement décidé de reverser tout son salaire à Time’s Up, qui soutient les victimes de prédateurs sexuels.

(Rebecca Hall dans <em>Vicky Christina Barcelona</em>. © Warner)

C’est souvent dans les moments de regret et de tristesse que l’on a le plus d’inspiration. C’est via Instagram que l’actrice Rebecca Hall a écrit son mea culpa, une sorte de lettre d’excuses remarquable pour soutenir les victimes de harcèlement et d’agressions sexuelles (hommes comme femmes) au cinéma.

Rebecca Hall, qui a explosé dans Le Prestige et surtout dans Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen a, depuis, quelques films populaires à son actif : Le Bon Gros Géant, Transcendance, Iron Man 3… Bientôt, elle sera à l’affiche d’A Rainy Day in New York, le prochain projet de Woody Allen, après son Wonder Wheel attendu pour le 31 janvier.

Elle donnait ainsi la réplique à Diego Luna et Jude Law, mais aussi aux plus jeunes Timothée Chalamet, Selena Gomez et Elle Fanning. Elle assure n’avoir eu qu’un jour de tournage mais considère, après les secousses de l’affaire Weinstein, que c’est déjà trop. Pour se faire pardonner et alléger sa conscience, la jeune femme a décidé de reverser la totalité du salaire qu’elle a reçu à la plateforme Time’s Up, créée le 1er janvier 2018 par plus de 300 femmes employées à Hollywood (agentes, scénaristes, réalisatrices, productrices…).

"Je regrette cette décision"

En effet, Woody Allen a été accusé d’avoir agressé sexuellement en 1992 sa fille adoptive Dylan Farrow, alors âgée de sept ans, dont il a perdu la garde et le droit de visite l’année suivante. Il n’a cependant jamais été inculpé, en raison de l’absence de preuves tangibles pour caractériser un abus ou une maltraitance.

Plus récemment, en 2014, Dylan Farrow a décidé de revenir sur cette histoire, en racontant son expérience poignante dans le New York Times. Depuis, les choses n’ont pas bougé mais nombreux sont ceux qui comptent sur l’affaire Weinstein pour lever le mystère sur tous ces prédateurs sexuels présumés. Les mots de Rebecca Hall entrent aujourd’hui dans cette logique. Voici ce qu'elle a posté sur Instagram :

The day after the Weinstein accusation broke in full force I was shooting a day of work on Woody Allen’s latest movie in New York. I couldn’t have imagined somewhere stranger to be that day. When asked to do so, some seven months ago, I quickly said yes. He gave me one of my first significant roles in film for which I have always been grateful, it was one day in my hometown - easy. I have, however subsequently realized there is nothing easy about any of this. In the weeks following I have thought very deeply about this decision, and remain conflicted and saddened. After reading and re-reading Dylan Farrow’s statements of a few days ago and going back and reading the older ones - I see, not only how complicated this matter is, but that my actions have made another woman feel silenced and dismissed. That is not something that sits easily with me in the current or indeed any moment, and I am profoundly sorry. I regret this decision and wouldn’t make the same one today. It’s a small gesture and not one intended as close to compensation but I’ve donated my wage to @timesup. I’ve also signed up, will continue to donate, and look forward to working with and being part of this positive movement towards change not just in Hollywood but hopefully everywhere. #timesup

Une publication partagée par Rebecca Hall (@rebeccahall) le

Traduction : "Le jour après les révélations explosives de l’affaire Weinstein, je tournais dans le dernier film de Woody Allen, à New York. Je ne pouvais pas imaginer me retrouver dans un lieu plus étrange, ce jour-là. Quand j’ai été approchée pour le rôle, il y a sept mois, j’ai accepté sans hésiter.

Il m’avait déjà donné un de mes rôles les plus importants de ma carrière, et dont j’ai toujours été reconnaissante, et il s’agissait d’un seul jour de tournage, chez moi – facile. Cependant, par la suite, j’ai compris que ce n’était pas si facile que ça.

Dans les semaines qui ont suivi, j’ai réfléchi très profondément à ma décision, et je me sentais attristée et en désaccord. Après avoir lu et relu les récentes déclarations de Dylan Farrow, et les autres, plus anciennes, je réalise à quel point le problème est compliqué mais aussi que ma décision peut réduire une femme au silence et la rejeter.

Cette situation n’est pas confortable pour moi en ce moment, et je suis profondément désolée. Je regrette cette décision et je ne voudrais plus faire la même aujourd’hui. C’est un petit geste et ça ne suffira pas, mais j’ai donné mon salaire à @timesup. J’ai aussi adhéré et je vais continuer à donner, faire attention avec qui je travaille et prendre part à ces mouvements positifs qui vont transformer Hollywood, et je l’espère, le reste du monde. #timesup"

À voir aussi sur konbini :