Apple CEO Tim Cook speaks during an event launching Apple tv+ at Apple headquarters on March 25, 2019, in Cupertino, California. (Photo by NOAH BERGER / AFP)

featuredImage

Ce que l’on sait sur Apple TV+, la nouvelle plateforme de streaming qui débarque

La très attendue plateforme de streaming devrait voir le jour cet automne.

Comme Disney+, Apple TV+ a pour ambition de concurrencer Netflix. Ce lundi 25 mars, Tim Cook, le PDG de la marque à la pomme, a annoncé que sa nouvelle plateforme allait elle aussi proposer un catalogue varié de films, pour mieux rivaliser avec le géant du streaming (qui est aussi le premier producteur de films au monde).

Après avoir dépensé 1 milliard de dollars pour mener à bien cette grande ambition, Apple devrait engranger "des milliards de dollars", rapporte le Wall Street Journal. Sceptique, Le Monde pense que l’entreprise de Tim Cook aura du mal à concurrencer Netflix, dont le budget de production propre serait dix fois supérieur. Pour rappel, l’an passé, le géant du streaming a dépensé 8 milliards de dollars pour ses contenus originaux, selon Le Courrier International.

Payante et sans publicités, la plate-forme devrait indiquer ses tarifs cet automne, lors de son lancement. Finalement, si Apple entre dans la danse en rejoignant HBO, Amazon, Hulu ou encore CanalPlay, cette annonce soulève surtout une flopée de questions. À quoi ressemblera le contenu spécifique proposé par la plateforme ?

Pour teaser le lancement d’Apple TV+, Tim Cook a versé dans le name-dropping : M. Night Shyamalan, J.J. Abrams, Jennifer Aniston, Steve Carell, Ron Howard, Spike Lee, Brie Larson, mais aussi Damien Chazelle et Steven Spielberg.

Au programme ? Des séries, des documentaires, des drames, des films jeunesse et des comédies. La plateforme sera accessible en mode connexion ou hors connexion dans plus de 100 pays et proposera des contenus Apple originaux. Selon Tim Cook, le catalogue sera enrichi par de nouveaux contenus chaque mois.

Le débat de la présence de Steven Spielberg

Si les noms de Damien Chazelle et Brie Larson peuvent étonner – puisqu’ils sont respectivement en pleine préparation d’une série (The Eddy) et d’un film Netflix (Unicorn Store) –, celui de Steven Spielberg a semé la discorde en dehors du Steve Jobs Theater.

Rappelez-vous : après les Oscars et la consécration de Green Book : sur les routes du sud (produit par Amblin Entertainment, société fondée par Steven Spielberg), le pionnier des blockbusters voulait mener une fronde contre Netflix, avec ses partisans de l’Académie. Selon lui, des films comme Roma ou La Ballade de Buster Scruggs n’avaient pas leur place dans cette compétition si prestigieuse. Considérés par le cinéaste comme "des téléfilms" – puisqu’on ne peut pas les voir dans une salle de cinéma – les longs-métrages de Netflix n’auraient pas mérité de choper un total de 13 nominations.

Si ce débat a alimenté les colonnes des médias de cinéma pendant des semaines, beaucoup n’hésitent pas aujourd’hui à souligner le double jeu de Steven Spielberg.

Si Steven Spielberg est venu présenter une série, à l’instar d’Octavia Spencer ou Jason Momoa, Apple proposera probablement les films Wolfwalkers, The Elephant Queen et Hala, dont il a récemment acquis les droits. Aucune bande-annonce n’a encore été diffusée, ce qui interroge de nombreux membres de l’industrie sur la prétendue révolution d’Apple.

Pour s’imposer définitivement dans le game du streaming, précise le Wall Street Journal, il faudra, "au moins UN grand succès". Autrement dit, pour rattraper son retard, Apple devra frapper fort et vite.

Par Lucille Bion, publié le 26/03/2019