Akira, pierre angulaire de la pop culture, a 30 ans !

À quel point le cultissime anime de Katsuhiro Otomo, qui fête ses 30 ans, a-t-il marqué l'histoire du cinéma et de la pop culture ?

2001 : L'Odyssée de l'espace (1968), La Guerre des étoiles (1977) ou Jurassic Park (1993) sont quelques titres qui nous viennent à l'esprit quand on pense à des films cultes. Grâce à des effets spéciaux innovants et une trame complexe, le spectateur est plongé dans un univers riche et captivant. Ces long-métrages ont profondément marqué la pop culture et l'imaginaire collectif (que tu aies vu le film où non, les mots "jedi" ou "Yoda" sont des mots devenus familiers), inspirant par la suite une sans-fin de remakes, de séries et de films.

Publicité

Pourtant, dans le genre du sci-fi, d'autres références essentielles sont parfois méconnues du grand public. Par exemple, Akira, un manga et film d'animation réalisés par Katsuhiro Otomo. Le long-métrage, qui paraît au Japon en 1988 et fait fureur aux États-Unis l'année suivante, a marqué toute une génération de cinéastes et d'artistes. Pour fêter ses 30 ans, on replonge dans ce qui est considéré par beaucoup le meilleur film d'animation de l'histoire.

Akira commence d'abord comme un simple film d'action. Année 2019 : Neo-Tokyo, une ville reconstruite après la Troisième Guerre Mondiale, croule sous la corruption, la pauvreté et le crime. Kaneda et ses amis passent le temps à faire courir leurs motos, se bagarrer, et sécher les cours de l'institution pour orphelins qu'ils fréquentent. Un jour, Tetsuo, un autre membre du groupe, est blessé lors d'une confrontation avec un autre gang. Au lieu d'être emmené à l'hôpital, il est capturé par le gouvernement qui va l'utiliser comme cobaye pour un projet ultra-secret.

Mais une grande diversité de thèmes sont abordés dans le film : la guerre et l'instabilité politique, la délinquance juvénile, l'addiction aux drogues, l'apocalypse ou encore l'origine de l'univers, parmi d'autres. Akira est le genre de film auquel on trouve un nouveau sens à chaque visionnage tellement il y a de détails et de récits qui s'entremêlent.

Publicité

Dans les années 80, le long-métrage a mis une claque aux pays occidentaux où le manga était décrié jusque là pour ses représentations explicites de sexe et de violence.

Des personnages qui ont marqué l'histoire du sci-fi

La ressemblance entre Tetsuo et Neo de Matrix (1999) est flagrante. La scène dans laquelle Tetsuo s'échappe de l'hôpital où il est retenu prisonnier est similaire à celle dans laquelle Neo prend conscience de son pouvoir à la fin du film des soeurs Watchowski. Dans les deux cas, les deux personnages découvrent leurs nouveaux pouvoirs et les essaient pour voir ce qu'ils peuvent en faire.

Publicité

La scène où Neo rencontre les enfants “potentiels” dans l’appartement de l’Oracle est aussi directement empruntée à une scène très similaire de la fin d'Akira.

Dans Star Wars: Episode II - L'attaque des clones (2002), la prothèse mécanique qui vient remplacer l'avant-bras droit d'Anakin Skywalker est directement inspirée de la scène où Tetsuo se reconstruit son propre bras artificiel.

Publicité

Sur un fil Reddit, le directeur Rian Johnson a attribué l'inspiration pour son film Looper (2012) à Akira : "Les manga Akira et Domu de Katsuhiro Otomo étaient une grande influence" a-t-il déclaré sur le site. Bizarrement, le personnage de Joe – joué par Joseph Gordon Levitt – ressemble physiquement à celui de Tetsuo.

L'année 2012 a vu un autre film emprunter à Akira: Chronicle de Josh Trank. À la sortie du film, de nombreux articles de presse l'ont comparé à une sorte de "Akira américain". Télékinésie, adolescence tourmentée, désir de revanche, autant de thèmes qui reviennent dans ce thriller américain. Dans une interview avec le site américain Gizmodo, le réalisateur a expliqué : "En grandissant, j'avais l'habitude d'utiliser l'expression 'Je vais faire une Akira' ('I'm gonna go Akira on them'). Alors quand Max [le scénariste] et moi on parlait du scénario avant même que ce soit écrit, on disait: 'Et alors, à ce moment là, il [le personnage principal] va juste faire une Akira'."

De nombreux personnages avec des pouvoir psychiques ont suivi l'exemple d' Akira : Murdoch de Dark City (1998) Andrew de Chronicle (2012), Jean Grey des X-Men et même Eleven dans Stranger Things. Dans la fameuse série Netflix, c'est aussi un groupe secret qui entraîne un enfant pour utiliser ses pouvoirs mentaux comme une arme létale.

Un homage à Neo-Tokyo

Le créateur d'Akira, Katsuhiro Otomo, a voulu rendre homage à Tokyo à travers cette ville post-apocalyptique dans laquelle règne le chaos. Comme Blade Runner avant et bien d'autres films après, de nombreux réalisateurs s'inspirent de l'esthétique futuriste et colorée de cette métropole. Mais certains long-métrages, notamment Dark City (1998) et Inception (2010) reprennent, en particulier, les scènes de destruction où des bâtiments délabrés semblent s'effriter alors qu'une force surnaturelle réduit la ville au néant. Le directeur Alex Proyas a dit que les dernières scènes de Dark City étaient un "hommage" à Akira d'Otomo.

Inception vs. Akira

Une claque esthétique

Akira a représenté un travail colossal en termes de production. Réalisé "à l'ancienne", l'équipe dessinait chaque image à la main, pour obtenir une animation en 24 images par seconde (contre 12 à 16 images par seconde pour les animes de l'époque), soit le même nombre d'images qu'un film des années 90. C'était tellement avant-garde qu'une cinquantaine de couleurs – parmi les 327 couleurs différentes du film – ont été crées spécialement pour le long-métrage.

Des scènes comme le dérapage en moto de Kaneda ont été reprises des dizaines de fois, comme en témoigne ce post de clips compilés par des fans. D'ailleurs, la moto rouge de Kaneda fait peau neuve dans le dernier Spielberg, Ready Player One (2018), puisque c'est pour peu le même modèle.

Ready Player One (2018)

L'usage de la lumière par Otomo est aussi exceptionnel, comme le montre cette vidéo réalisée par Evan Puschak, aussi connu comme "NerdWriter".

Mais pour tous les cinéastes qui vouent un culte à ce film d'animation, Akira a touché bien d'autres sphères artistiques. Kanye West avait d'ailleurs proclamé – dans un tweet supprimé depuis– qu'Akira était "son film préféré de tous les temps". Il y rend d'ailleurs homage dans le clip de Stronger de 2007, en interprétant lui-même le rôle de Tetsuo.

Akira vs. "Stronger" de Kanye West

 

Akira vs. "Stronger" de Kanye West

Si tu n'as pas vu ce film, t'as de la chance... Il est disponible en entier sur YouTube !

Par clara hernanz, publié le 20/07/2018

Copié

Pour vous :