Sasha Lane, la révélation d’American Honey, rejoint le reboot de Hellboy

Son énergie et sa beauté avaient enjolivé American Honey en 2016. L’emballante Sasha Lane poursuit sa course vers la gloire. Elle sera bientôt dans le reboot de Hellboy.

© Robbie Ryan

Il n’y avait qu’à la voir se mouvoir devant la caméra d’Andrea Arnold pour comprendre. Dans American Honey, prix du jury à Cannes en 2016, Sasha Lane, née d’une mère néo-zélandaise et d’un père afro-américain, crevait littéralement l’écran avec son look à la Linda Perry, époque 4 Non Blondes. Repérée dans un restaurant mexicain de Frisco où elle était serveuse, la belle y incarnait Star (ça ne s’invente pas), une jeune âme d’un Midwest oublié qui tombe amoureuse d’un électron libre (Shia LaBeouf) et se voit catapultée dans un road trip à la Kerouac, incluant sexe débridé et cuites homériques.

Publicité

Le début d’une grande carrière ?

Sans grande surprise, Hollywood n’a pas tardé à faire les yeux doux à ce talent brut et prometteur, qui ne demande qu’à embrasser encore plus de lumière. Au crépuscule de ses 21 ans, Sasha Lane vient d’être recrutée pour les besoins du reboot de Hellboy. Elle donnera ainsi vie à Alice Monaghan, la petite amie – élevée par des fées — du héros éponyme que campera David Harbour. Milla Jovovich et Ian McShane sont également rattachés à ce projet que mettra en scène Neil Marshall, le réalisateur de The Descent, l’un des sommets de l’horreur des années 2000.

Hellboy: Rise of the Blood Queen, prévu courant 2018, marquera la troisième apparition à l’écran du personnage de BD créé en 1994 par Mike Mignola dans la mini-série Seeds of Destruction. Par deux fois, le cinéaste Guillermo del Toro l’a mis en avant, en 2004 et en 2008. Malgré leur qualité formelle, les opus en question, aux budgets plutôt confortables, n’ont pas vraiment réussi à enflammer le box-office mondial (près de 100 millions de dollars pour le premier, 160 millions pour le second).

La tentative de reboot sera-t-elle fructueuse ? To be continued

Publicité

Par Mehdi Omaïs, publié le 16/08/2017

Pour vous :