Sixième Sens : voici 6 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur le film culte

Ça fait 20 ans que l'effrayant Sixième Sens est sorti, et il renferme encore de nombreux secrets.

Sorti en 1999, le film Sixième Sens fête ce 6 août son vingtième anniversaire. Le temps passe vite… D’ailleurs, le 6 août marque aussi l’anniversaire de son réalisateur, l’illustre M. Night Shyamalan. L’occasion de revenir sur quelques secrets de tournage bien gardés de ce hit du box-office des années 2000.

1. L’homme qui a acheté le script de Sixième Sens chez Disney s’est fait renvoyer

David Vogel était le vice-président de la production de Touchstone et Walt Disney Pictures en 1999. Avec ses huit années d’ancienneté et son poste de choix, il s’est permis d’acheter pour 2, 25 millions de dollars le script de Sixième Sens – ce qui était énorme pour l’époque – et a accepté toutes les précautions souhaitées par le réalisateur du film. Un choix audacieux qu’il a effectué le jour même de la lecture de ce qu’il pensait être "le meilleur script" qu’il n’ait jamais lu comme le rapporte James B. Stewart dans Disneywar : The Battle for the Magic Kingdom.

Publicité

Sauf que Vogel était tellement aveuglé par l’idée que le film marcherait à tous les coups, qu’il n’a pas respecté les instructions hiérarchiques établies par Disney lors de l’achat d’un scénario. Il n’a consulté personne et a agi dans la précipitation par peur qu’une autre compagnie n’en obtienne les droits.

Mais quand ça s’est su au sein de Disney, les boss de Vogel ont vendu près de 9/10 des droits qu’ils avaient sur le film à Skyglass et ont intimé David Vogel de se retirer de ses pouvoirs présidentiels au sein de la production des studios. Il a refusé… et a été viré juste après. Incroyable quand on sait que le film était finalement le second plus gros succès au box-office de l’année 1999.

Publicité

2. Toni Collette aurait été victime de phénomènes paranormaux pendant et après le tournage 

Toni Collette, la mère de Cole Sear dans le Sixième Sens, a longtemps affirmé que le tournage du long-métrage n’avait pas été de tout repos. Celle-ci assure avoir été victime de phénomènes très étranges pendant le tournage du film, des phénomènes qu’elle dit avoir vécus de nouveau sur celui de Hitchcock 10 ans plus tard. Elle racontait à Slant Magazine :

"Pendant qu’on tournait Sixième Sens, des trucs vraiment bizarres me sont arrivés. Dans l’hôtel dans lequel je séjournais à Philadelphia, j’ai tenté la méditation pour ne pas trop y penser, car je me réveillais chaque nuit et voyais que l’horloge indiquait toujours les mêmes heures : 1h11 du matin, 3h33 ou 4h44. J’ai vraiment eu très peur. Surtout quand j’ai vu que ça recommençait de nouveau sur le tournage de Hitchcock".

© Hollywood Pictures

Publicité

3. Bruce Willis n’a qu’une seule tenue dans le film

Ce détail vous a peut-être échappé, mais le Dr. Malcolm Crowe, personnage principal du film, ne change jamais de vêtements pendant Sixième Sens (à l’exception de quelques variations). Alors que les personnages arborent différents looks, celui-ci a gardé plus ou moins le même accoutrement, sans même que les spectateurs ne s’en aperçoivent. Et si cela peut sembler étrange, il s’agit en réalité d’un souci de cohérence et d’un indice de la part de M. Night Shyamalan, réalisateur du film.

Vu que ça fait 20 ans, ce n’est pas vraiment un spoiler, mais comme on apprend en fait que l’homme avec qui Cole échange est décédé depuis le début, sa tenue est – logiquement – celle qu’il portait le jour de sa mort. Nous voilà bien bêtes de ne pas avoir vu venir le terrible twist plus tôt, alors que les indices avaient été placés là, sous nos yeux.

4. La phrase culte du film a été tournée dans une chambre froide

Vous vous souvenez du moment culte où Cole Sear explique qu’il peut voir des gens morts. La scène a été filmée sans CGI (Computer-Generated Imagery), c’est-à-dire sans effets spéciaux et autres technologies informatiques. M. Night Shyamalan a pris cette décision pour deux raisons, comme lui et Haley Joel Osment (Cole) le rappelaient à Variety : déjà, le réalisateur ne faisait pas vraiment confiance à ces techniques, car elles étaient encore très récentes. Mais aussi et surtout, car l’usage de CGI aurait été difficile dans cette scène où il devait faire froid, car il tenait absolument à ce que l’on puisse voir la respiration du jeune garçon, et sa chair de poule.

Publicité

© Hollywood Entertainment

C’est pour cette raison qu’ils l’ont placé dans une sorte de chambre froide qu’ils ont fabriquée eux-mêmes. Aujourd’hui, Shyamalan pense qu’il agirait "de la même façon si c’était à refaire parce que les acteurs ont un comportement totalement différent dans ce genre de situations." L’acteur, de son côté, raconte : 

"Ils ont placé de gros emballages plastiques tout autour du set, puis ils ont balancé de l’air gelé pour que la température aille dans le négatif et qu’on puisse véritablement avoir froid, pour que ce soit plus réaliste. On ne pouvait rester dans cette installation que pendant un temps très limité seulement parce qu’il faisait vraiment trop froid et que j’étais souvent en petite tenue lors de ces scènes. C’était difficile mais en même temps plus simple à tourner, car je n’ai pas eu à faire croire que j’avais froid : c’était vraiment le cas."

5. Donnie Wahlberg a perdu 20 kilos pour le tournage

L’acteur interprétant Vincent Grey dans Sixième Sens a perdu 43 pounds pour son rôle. Ça représente un peu moins de 20 kilos. Totalement métamorphosé, il dit avoir "beaucoup souffert" pour rentrer dans la peau de son personnage totalement dérangé mentalement.

À en croire ses mots, beaucoup ne l’ont pas reconnu dans le film et il aurait longtemps négocié avec M. Night Shyamalan "pour le convaincre" qu’il serait capable de ressembler à l’idée qu’il se faisait de Vincent. S’il était aussi déterminé, c’est parce qu’il a été immédiatement touché par le scénario, qu’il dit avoir "lu en pleurant lors d’un trajet d’avion".

Son passage dans le film est pourtant très court comparé à l’effort qu’il lui consacre. La légende dit que cela aurait été pour lui un moyen de prouver qu’il était sérieux à propos de sa carrière d’acteur.

Quant à sa perte de poids, voilà comment il y serait parvenu : "Ne pas manger pendant deux journées d’affilée, puis se contenter de laitue et de mâchouiller des chewing-gums le reste du temps, tout en brûlant des milliers de calories". Il est allé tellement loin dans sa recherche de l’interprétation parfaite qu’il affirme "ne pas avoir pris le temps de (se) laver pendant des semaines". Bref, un régime alimentaire et une hygiène de vie qu’on ne recommanderait même pas à nos pires ennemis tant il est dangereux.

6. Pour ne pas spoiler, Bruce Willis a dû apprendre à écrire de la main gauche

Chez M. Night Shyamalan, l’amour du détail va loin… très loin. On voit lors d’une scène Malcolm en train d’écrire avec sa main droite, alors que Bruce Willis est gaucher. C’est parce que la tradition catholique veut que l’alliance se porte sur la main gauche.

© Hollywood Entertainment

Selon Shyamalan, si Bruce Willis avait écrit comme à l’accoutumée, le fait que Malcolm Crowe n’ait plus sa bague au doigt aurait permis aux spectateurs de faire le lien avec le twist de la fin. Il a donc fait écrire Bruce Willis de l’autre main afin que personne ne soupçonne rien.

Bonus : Bruce Willis faisait le DJ pendant les soirées après le tournage : il est responsable de la première cuite du réalisateur

Interviewé par Variety pour les 20 ans du film, le réalisateur est revenu sur cette incroyable anecdote. Il assure :

"Bruce Willis m’a fait découvrir comment faire la fête et lâcher prise. À l’époque, après les tournages, il faisait le DJ et nos soirées étaient géniales. C’est lui qui m’a fait prendre ma première cuite ! Il me gardait des shots qu’il me vendait comme des 'douceurs' et il n’arrêtait pas de m’en refiler. Le lendemain, je ne pouvais même plus me lever du canapé et la première fois, je ne savais même pas pourquoi j’avais mal à la tête. Ça le faisait tellement rire."

 

Par Eléna Pougin, publié le 07/08/2019

Copié

Pour vous :