featuredImage

14 choses que vous ne saviez peut-être pas sur le génial La La Land

La comédie musicale de Damien Chazelle est nommée quatorze fois aux Oscars, un record.

La La Land de Damien Chazelle est le film dont Hollywood avait besoin. Au milieu de la masse des suites et des reboots inutiles, La La Land marque un retour à la perfection et à la simplicité de l’époque des comédies musicales grandioses produites par de grands studios comme la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM). L’histoire d’amour onirique et rythmée de Sebastian (Ryan Gosling) et Mia (Emma Stone) vous rendra nostalgique des grands classiques du genre comme Chantons sous la pluie ou West Side Story.

Avant de devenir le sujet de conversation préféré de tout le monde, La La Land a d'abord été acclamé par la critique lors de sa présentation dans les festivals. Il a notamment raflé 7 récompenses aux Golden Globes. Puis, jeudi 26 janvier, les nominations aux Oscars sont tombées : quatorze nominations.

Un record que jusqu'à présent seuls les films Titanic (James Cameron, 1997) et Ève (Joseph L. Mankiewicz, 1950) détenaient. Si La La Land est un film calibré pour les Oscars – fait par Hollywood, sur Hollywood et pour Hollywood – il n’en n’est pas moins fascinant et réconfortant.

Alors pour fêter ces 14 nominations et leur caractère exceptionnel, voici 14 anecdotes (garanties sans spoiler) sur La La Land que vous pourrez sortir l'air de rien lors de votre prochain dîner entre potes.

1. Cinq ans de préparation

Damien Chazelle a imaginé La La Land en 2010, alors qu’il étudiait à Harvard avec son ami compositeur Justin Hurwitz. Cependant, les gros studios ne voulaient pas s’engager sur un projet de comédie musicale focalisé sur le jazz et sans tubes. Ils ont demandé à Damien Chazelle s’il accepterait de transformer Sebastian en fan de rock plutôt que de jazz, mais le réalisateur a refusé. Heureusement, le succès de Whiplash lui a donné la légitimité dont il avait besoin pour réaliser le projet de ses rêves.

Whiplash (2014).

2. L’équipe du film a eu des devoirs à faire

Pour être sûr que toutes les personnes impliquées dans le film savaient quel sentiment il voulait capturer, Damien Chazelle leur a fait visionner plusieurs œuvres qui l’ont inspiré, comme Chantons sous la pluie (1952), Les Parapluies de Cherboug (1964), Les Demoiselles de Rochefort (1967), ou encore Huit et demi (1963) pour le numéro d’ouverture dans les bouchons de Los Angeles.

Singing in the rain

Chantons sous la pluie (1952).

3. La La Land est bourré de références

Comme le résultat final le montre, le visionnage de tous ces grands classiques d’Hollywood a eu l’effet escompté. Le montage ci-dessous, réalisé par Sara Preciado, met côte à côte La La Land et ses nombreuses références, ce qui nous permet d'autant plus d'apprécier le film et nous confirme dans l’idée que c’est un appât à Oscars.

4. Les retrouvailles du couple Emma Stone-Ryan Gosling

C’est la troisième fois qu'Emma Stone et Ryan Gosling incarnent un couple à Los Angeles : ils étaient déjà amoureux dans la comédie Crazy, Stupide, Love en 2011, puis dans Gangster Squad en 2013. Eva Mendes n’a sûrement aucun problème avec ça.

5. Emma Watson et Miles Teller auraient dû jouer les rôles principaux

À l’origine, Damien Chazelle voulait son acteur de Whiplash Miles Teller dans le rôle de Sebastian et Emma Watson dans celui de Mia. Cependant, Emma Watson, déjà engagée sur La Belle et la Bête n'aurait pu faire le projet dans son emploi du temps. Quant à Miles Teller, il a été remplacé par Ryan Gosling car ses prétentions salariales étaient trop élevées. Ironie de l'histoire, Ryan Gosling a abandonné La Belle et la Bête pour La La Land.

Miles Teller / Emma Watson

Miles Teller et Emma Watson

6. Ryan Gosling joue vraiment du piano

C’est bien l’acteur qui joue la scène où Sebastian démontre sa virtuosité au piano. Si le morceau a été enregistré au préalable par le pianiste Randy Kerber pendant la préproduction, Ryan Gosling a pris des leçons deux heures par jour, six jours par semaine. Au moment de filmer, il pouvait jouer la chanson tout entière sans faire appel à un doubleur pour ses mains. Rappelons aussi que Ryan Gosling avait un groupe il y a quelques années, et que c’était vraiment pas mal.

7. John Legend a été un peu jaloux de Ryan Gosling

La prouesse de Ryan Gosling  sur ce solo de piano a un peu titillé John Legend, mais celui-ci a remis les pendules à l’heure en apprenant de son côté la guitare pendant le tournage pour mieux rentrer, lui aussi, dans son personnage. Et bah voilà.

8. La vie d'Emma Stone ressemble à celle de son personnage

Comme Mia, l'actrice a arrêté l'école très jeune (à 15 ans) pour tenter sa chance à Hollywood.

9. La scène de l’audition est inspirée d’une expérience de Ryan Gosling

La scène où Mia pleure pour les besoins d’une audition et se fait interrompre par le directeur de casting parce qu'il répond au téléphone s’est vraiment produite lors d’un essai qu’a passé Ryan Gosling.

10. Damien Chazelle est très investi dans son rôle de réalisateur

Le réalisateur était déterminé à ne pas utiliser d’effets spéciaux au montage. La vidéo ci-dessous le montre donc en train de diriger un caméraman pour créer des allers-retours rapides sur Ryan Gosling que l’on pourrait croire réalisés en postproduction.

11. Sebastian cite Eva Mendes

Ryan Gosling a ajouté dans le film la phrase "C’est L.A., ils adulent tout et n’apprécient rien". Ces mots sont de sa compagne, Eva Mendes, qui lui avait dit cela sur le ton de la blague.

12. Il est interdit de ne pas aimer La La Land

La soudaine popularité de La La Land divise le public, certaines critiques touchant déjà le film. Mais comme le montre ce sketch hilarant du Saturday Night Live, mieux vaut ne pas se moquer du déjà culte La La Land.

13. La signature du réalisateur

À la fin de Whiplash comme de La La Land, les personnages principaux se regardent avec intensité, et leur apparent sérieux se transforme peu à peu en un sourire. C’est probablement la façon qu'a choisie Damien Chazelle pour dire à son public que les deux personnages vont bien, et c'est peut-être aussi le début d'une signature en tant que réalisateur.

14. L’astuce de Sebastian avec les clefs de voiture marche vraiment

Yep, vous pouvez vraiment amplifier la portée du bip de votre clef de voiture en le plaçant sur votre menton comme Sebastian. La plupart des capteurs utilisent une fréquence qui résonne bien avec l’eau et le cerveau humain en est principalement constitué. Plutôt cool.

OK, le quatorzième point n’avait pas vraiment de rapport avec le film, mais il reste intéressant. Et admettez-le, juste de penser à cette scène vous avez envie de le revoir.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Par Aurélien Huet, publié le 30/01/2017