Vincent Tomczyk ou l'origami réaliste

Les objets qui nous entourent sont-ils réellement faits des matériaux que nous observons ? C'est la question que nous pose Vincent Tomczyk, un artiste qui a clairement décidé de tromper nos sens.

À première vue, rien d'anormal : un fauteuil Bergère fait de bois et de cuir, usé par le temps. Mais, si vous essayez délicatement de poser votre postérieur dessus, vous risqueriez de le détruire en une demie seconde. Je n'insinue pas par là que vous êtes en sur-poids, mais que ce Bergère aux airs confortables est tout simplement fait... de papier.

Publicité

Ce fauteuil construit en feuilles A4 est l'œuvre de Vincent Tomczyk, un fou furieux d'art qui devait avoir un faible pour les trompe-l'œil et autres origamis dans sa jeunesse. Aujourd'hui adulte, il combine les deux à travers une multitude d'œuvres assez déroutantes : un ensemble chemise-cravatte, un porte-feuille en cuir, un banc matelassé, un short en jean, une chaise Eames... bref, des objets faits de divers matériaux solides qu'il reproduit en objets 100 % made in paper.

Publicité

Un travail de longue haleine

Sur son site, Vincent Tomczyk souligne modestement la difficulté de son art :

En tant qu'artiste qui travaille essentiellement avec le papier, mon art me demande d'être à la fois artisan et ingénieur. J'ai énormément appris en travaillant aux côtés de mon père, dans son atelier. Je m'efforce de produire un travail visuellement poétique en utilisant un moyen qui défie les limites perçues.

Publicité

Si l'art de Vincent Tomczyk est impressionnant par son réalisme, il l'est aussi par sa réalisation. Dans un article de This is Colossal, l'artiste explique qu'il ne fait aucun croquis avant de commencer une œuvre, mais qu'il passe son temps à élaborer des idées dans sa tête et à développer une liste des matériaux nécessaires et des mesures.

Chaque objet est soigneusement réalisé à la main, tout comme la peinture qui les recouvre. Car Tomczyk ne s'appuie jamais sur une couleur numérique. En d'autres termes : réaliser une de ses œuvres prend une plombe. Plus de 100 heures ont été nécessaires à la réalisation du short en jean par exemple.

Actuellement, Tomczyk travaille sur une série de chaises en papier. "Je suis intéressé par la façon dont la chaise d'une personne peut évoluer à travers le temps, prenant presque les caractéristiques de ses propriétaires, explique-t-il sur son site. Les chaises sont signe de dignité, depuis les tabourets fabriqués à la main en Afrique jusqu'aux trônes en Europe." Vivement.

Publicité

On vous conseille également :

Par Naomi Clément, publié le 12/03/2013

Copié

Pour vous :