featuredImage

Métamose, le tatoueur parisien qui transforme votre peau en poésie

L’encre danse sur votre peau en un véritable ballet conceptuel !

Le pseudo de ce tatoueur parisien vient du mot métamorphose, dont il a enlevé le "morph", afin de nous pousser à comprendre comment notre propre transformation ne peut survenir que dans le lien aux autres. Dans son œuvre, cet artiste touche-à-tout s’intéresse à des thèmes comme la destruction, la fragilité ou la déformation. Comme il le raconte à Konbini :

"Je vois de la poésie dans l’imperfection. Je fusionne les éléments sensibles pour créer de nouvelles formes. Ça a parfois l’air étrange, mais on peut les accepter et les laisser vivre, comme n’importe quelle autre chose.

L’échec est la plus grande peur des humains dans la société. J’essaie de laisser de l’espace à la différence et de mettre en lumière ce que l’on tient généralement au silence.

Les tatouages de Métamose se transforment donc en poèmes remplis de symboles ambivalents. Ses lignes parcourent le corps de façon chaotique, créant ce que l’artiste dénomme une "énigme positive". Métamose explique que son but est de "créer des tatouages qui font voir aux gens à quel point ils sont beaux".

L’artiste se définit comme un "hypersensible" qui tatoue afin de "repousser le chagrin et faire venir la lumière". Pour ses créations, Métamose se base sur l’observation des gens, comme des choses. Il cite également de nombreux artistes comme sources d’inspirations : Expanded Eye, Matthew Barney, Hayao Miyazaki, Jean-Pierre Jeunet, Dave McKean, Zao Wou-Ki et Egon Schiele.

Chez Métamose, le tatouage implique de pousser le praticien comme le client hors de sa zone de confort. La première étape consiste à écouter l’histoire de ses clients et à transformer ce récit en poème écrit. Il traduit ensuite ce poème en formes graphiques en dessinant des lignes, des points, des visages, des corps et des formes abstraites afin de coller aux mots de ce poème.

"Un jour, un homme m’a demandé de créer un tatouage qui parle du mouvement. Je savais que je n’avais pas d’autre choix, même si c’était effrayant, que de lui proposer de le faire tout de suite, sans passer des semaines à chercher le bon dessin. Il a approuvé.

On a passé deux jours incroyables ensemble et on a réussi. C’était mon premier tatouage en premier jet. Le tatouage occupait la moitié de son corps.

Depuis cette session intense, Métamose s’est davantage intéressé au premier jet, dessinant sur la peau d’abord avec un feutre ou appliquant directement l’encre sur le corps. L’artiste dit tout partager avec ses clients : "il n’y a aucune raison de faire semblant d’être quelqu’un d’autre ou de porter un masque. On ne sait pas ce qui va apparaître, on le construit ensemble. Ça ressemble à la vie, c’est plein de surprises, il y a des hauts et des bas, des doutes et des certitudes."

La démarche de Métamose le rapproche de l’art contemporain et de la performance. D’après lui, les tatouages traditionnels sont rassurants : "ce sont des réponses, des formes closes et finies qui ont une puissance de certitude dans un monde incertain". Alors que son tatouage, c’est tout autre chose.

"Comme l’art contemporain, on pose des questions sans avoir de réponse toute faite. On déconstruit le corps et les pensées pour créer de nouvelles possibilités. À partir de là, le corps peut se révéler, le cerveau se délester de ses préjugés, et on respire un peu."

C’est cette respiration qui produit une danse. Je vois ça comme une performance. Avec le tatouage contemporain, pas besoin d’aller au MoMa pour comprendre ce que c’est.

Suivez Métamose sur Instagram et découvrez son travail ci-dessous :

Par Jen Ripper, publié le 02/02/2018